lundi 1 mai 2017

« Dégage salope », « casse-toi », « connasse » ! Laura raconte cette scène avec des tremblements dans la voix : « les CRS me criaient dessus, ils me frappaient à coups de pied ». Témoignage

« POURQUOI LA POLICE NOUS A-T-ELLE FRAPPÉS ? »

Témoignage sur le site d' AMNESTY INTERNATIONAL

« Dégage salope », « casse-toi », « connasse » ! Laura raconte cette scène avec des tremblements dans la voix : « les CRS me criaient dessus, ils me frappaient à coups de pied ». Témoignage
De l’autre côté de la place, son compagnon Jean-Louis protège son visage des coups portés par un autre CRS. « J’entendais Laura crier et je ne pouvais pas l’aider, ni la protéger. C’était le pire, je crois », raconte Jean-Louis, gêné de ne pas avoir pu secourir sa bien-aimée.

« ILS ÉTAIENT TROIS SUR MOI »

Il est 13 heures lorsque le couple arrive place de la République, au cœur de Rennes. Un nuage de gaz lacrymogènes surplombe les lieux, Laura et Jean-Louis mettent leur masque de protection. Deux à trois rassemblements sont organisés chaque semaine dans la capitale bretonne pour s’opposer au projet de loi travail. Le couple s’apprête à participer à sa deuxième manifestation et se dirige vers le cortège, lorsqu’il aperçoit une poignée de CRS.
« Je me suis dit : houla, on va faire demi-tour », se souvient Jean-Louis. « Mais ils nous ont rattrapés et séparés, raconte Laura. Ils étaient trois sur moi. Je me suis laissée tomber par terre, en boule, et j’ai attendu. Ils m’ont frappée à coups de pied. Ils me criaient dessus, m’insultaient ». De l’autre côté de la place, Jean-Louis protège son visage avec son bras gauche, un CRS le frappe une fois, deux fois, trois fois. Jean-Louis ne sait plus. La scène se déroule très vite. Lorsque Laura raconte ce qui s’est passé, six mois plus tard, la colère n’est pas retombée : « Ils n’ont pas contrôlé notre identité, ne nous ont pas interpellés. Ils l’auraient fait s’ils avaient quelque chose à nous reprocher. Pourquoi nous ont-ils frappés ? »

Aucun commentaire: