mercredi 22 février 2017

Communiqué du comité de Boissy pour la rupture avec l’UE et la Ve République

Communiqué du comité de Boissy pour la rupture avec l’UE et la Ve République





Soutien à la délégation au ministère pour le maintien du bureau de Poste de la rue de Paris mercredi 15 mars !

Notre comité, fort de la signature de 152 Boisséens, défend inconditionnellement tous les services publics. La décision de fermer le bureau de Poste de L’Orangerie, rue de Paris va totalement à l’encontre des intérêts de la population de Boissy, en particulier pour les habitants des quartiers du Centre, du Progrès, du Bois-Clary et de Savereau.
La population ne veut pas subir la réduction constante de ses services publics : suppression de l’accueil SNCF, du bureau RATP, de l’antenne CAF, du centre de sécurité sociale, de Pôle-Emploi, du tribunal, des études surveillées dans les écoles de la Haie Griselle, baisse des dotations à la commune, contre-réformes et fermetures de classes dans les établissements scolaires et les hôpitaux. A quoi s’ajoutent la destruction du Code du travail (loi El-Komhri) et les délocalisations pour écraser les salaires et les droits des travailleurs…
C’est pourquoi nous apportons notre soutien à la décision de se rendre dans l’unité au ministère le mercredi 15 mars à 15h et appelons toutes et tous à en assurer le succès.
La population est excédée des discours qui, depuis tant d’années, au nom de l’Union européenne, aboutissent à justifier toutes ces décisions. Elle rejette toutes ces mesures destructrices et y associe de plus en plus clairement l’exigence d’en finir avec les diktats de l’Union européenne.
Le plan triennal 2017-19, signé le 11 janvier dernier entre le gouvernement, la Poste et l’AMF (association des maires de France), s’inscrit totalement dans la réduction du nombre de bureaux de poste (- 3000 supplémentaires en 3 ans et au moins 4000 emplois de facteurs). Au nombre de ces suppressions, celles concernant le bureau de Poste de la rue de Paris à Boissy et 27 autres dans le Val-de-Marne, à Cachan, Fontenay, Champigny… Liste non exhaustive puisque la Direction départementale de La Poste ne communique pas ce programme de fermetures afin d’entretenir l’ignorance sur ses intentions.
Sur le plan de la démocratie, la prétendue concertation autour de la « présence postale » n’a d’autre fonction que de piéger les élus, les postiers, la population et leurs organisations dans des discussions où tout est déjà décidé à l’avance. Depuis des années, obéissant aux directives postales européennes, les gouvernements successifs ont démantelé le monopole de la Poste et entrepris sa privatisation en la transformant en société anonyme soumise à la concurrence, donc à la rentabilité.
Ainsi va ce gouvernement, comme ses prédécesseurs. Quand il ne fait pas passer la loi El Komhri de destruction du Code du travail à coup d’article 49ter, il piétine les demandes et avis qui lui sont démocratiquement adressés.
Nous voulons, pour la population de Boissy le maintien de notre bureau de Poste comme bureau de poste de plein exercice dans sa fonction d’annexe du bureau principal. Nous nous prononçons de même pour tous les autres bureaux de Poste de ce département et d’ailleurs, ainsi que pour le rétablissement du monopole et de tous les postes de postiers fonctionnaires d’Etat. Nous pensons que, pour y parvenir, il faudra un gouvernement qui « en finisse avec les institutions anti-démocratiques de la Vème république, un gouvernement qui rompe avec l’Union européenne, instrument du capital financier, et abroge toutes ses contre-réformes, un gouvernement qui établisse des relations fraternelles et à égalité avec tous les peuples d’Europe ».
Voilà pourquoi, nous appelons à venir manifester samedi 18 mars à 11h de la place Gambetta au mur des Fédérés, signe, pour nous, de la nécessité d’un gouvernement au service des besoins du peuple comme le fut la Commune de Paris en 1871.
Le 21 février 2017.


Notre comité local se réunira mardi 28 février à 18h salle de la Pinède à Boissy. Chacun est bien-entendu invité.

Aucun commentaire: