mercredi 11 janvier 2017

Les Nouvelles de Boissy, numéro 73 Le bulletin du comité de Boissy du POID


Les Nouvelles de Boissy, numéro 73
Le bulletin du comité de Boissy du POID
INVITATION
aux adhérents du POID, le 5 janvier 2017

Assemblée mensuelle*
Jeudi 19 janvier à 20h,
Salle de la Pinède (derrière la piscine)
Nous avons décidé de présenter un candidat aux élections législatives. Pourquoi ?
Nous serons à quelques semaines d’une élection qui, en principe, pose la question du pouvoir : qui dirige ce pays et pour qui ?
Cette question devient brûlante. Pour ne prendre que des exemples locaux, nous déplorons la fermeture de pas moins de 8 services publics : SNCF, bureau RATP, centre de Sécurité sociale, permanence CAF, tribunal, Pôle-Emploi, études surveillées dans les écoles et, aujourd’hui, le bureau de Poste de la rue de Paris !
Et il n’y aura bientôt plus de médecin dans la Haie Griselle !
Mais, que va-t-il rester ? Et il y a aussi le chômage qui s’aggrave, la précarité et l’absence d’avenir pour les jeunes, la dégradation des conditions de travail et la déréglementation généralisée (loi El Khomri), la casse de la Sécu, le sabotage de l’Ecole et des hôpitaux, la liquidation de la démocratie communale dans le Grand-Paris, la répression anti-syndicale …
Le POID participe activement à la campagne pour la rupture avec l’Union européenne et la Vème république mais, pour sa part, il précise : changer de président, ce n’est pas changer de politique. Hollande a continué Sarkozy. Son successeur ira encore plus loin dans la soumission aux exigences des capitalistes et de l’Union européenne. Nous n’en sortirons qu’avec
un gouvernement du peuple pour le peuple !
Comment imposer un « authentique gouvernement ouvrier capable de prendre des mesures de sauvegarde de la population… débarrassé du carcan de l’UE ».
Le POID, dans un appel joint à ce courrier, propose une réponse à la discussion :
« La crise dans laquelle le pays s’enfonce chaque jour d’avantage ne peut être dénouée que d’une seule manière : c’est au peuple de prendre la parole et de décider de son avenir…. Seule l’assemblée constituante composée des délégués du peuple appuyés sur et mandatés par la mobilisation de millions sera en mesure d’établir la démocratie dans la forme et le contenu définis par le peuple lui-même. »
C’est dans ce but que nous construisons le POID, que nous voulons élargir la diffusion de la Tribune des Travailleurs et renforcer notre comité local.
Le premier geste : remplir sa carte 2017 du POID !
Bonne année 2017 à chacun et, tous ensemble, formons le vœu et prenons l’engagement de réussir !
Amicalement,
Pour le bureau, André YON

  • Gâteaux et thé assurés, naturellement ! C’est la nouvelle année !
Non, la fermeture du bureau de Poste de la rue de Paris n’est pas une fatalité !
Le gouvernement Hollande-Valls-Cazeneuve et la direction départementale de la Poste ont rejeté la revendication des Boisséens et de leurs élus, exprimée dans le vœu unanime du conseil municipal du 25 novembre, de maintien d’un bureau de Poste de plein exercice dans la rue de Paris, ouvert toute la journée avec tous ses services et tous ses personnels :
  • Décision de fermer 3000 bureaux de Poste supplémentaires jusqu’en 2019 (nouveau contrat de présence postale validé par l’AMF, association des maires de France).
  • Lettre du directeur régional de la Poste au secrétaire de l’Association des élus communistes et républicains du Val-de-Marne : « La notion de point de contact inscrite dans la loi, comprend ainsi toutes les formes de présence…, que ce soit un bureau de Poste, une agence postale communale, ou bien un relais Poste chez un commerçant »
Autant dire qu’on se moque des besoins qu’a la population d’un service public postal de proximité, qu’on méprise les droits et condition de travail des postiers. Ce qui s’impose en définitive, c’est le diktat de l’Union européenne d’en finir avec le monopole de la Poste et d’imposer sa privatisation en supprimant bureaux et emplois.
D’un côté la démocratie, de l’autre l’Union européenne et les gouvernements de la Vème république qui, les uns après les autres, ont mis en œuvre les directives postales de Bruxelles de 1997, 2002 et 2008 jusqu’à la transformation, par Sarkozy en 2010, de la Poste en société anonyme soumise aux critères de rentabilité.
Le POID pose clairement la question : la fermeture du bureau de poste de la rue de Paris est-elle une fatalité ? La réponse est non !
Pour le POID, qui s’associe pleinement à la campagne pour la rupture avec l’UE et la Vème République et se prononce pour le retour au monopole de la Poste, rien n’est joué. Ce gouvernement est isolé comme jamais, ses décisions sont profondément rejetées : à Cachan, Champigny, Santeny, Alfortville, Noiseau, Saint-Maur, où on veut, comme à Boissy, garder son bureau de Poste.
Sauf à ne pas vouloir défaire ce gouvernement, construire un rapport des forces est tout à fait possible. Tous en manifestation dans l’unité, population, maire, président du conseil général, à la direction de la Poste et au ministère :
Non à la privatisation ! Maintien du bureau de Poste de la rue de Paris !

Collège Janusz Korczak Limeil-Brévannes




Lettre ouverte à la Ministre de l’Education nationale


Devons-nous penser que ceux qui ont en charge de nous défendre ont décidé de se laver les mains de ce qui se passe au Collège KORCZAK ?
Notre collège, avec ses élèves et leurs parents, ses enseignants, et tous ses personnels, est-il abandonné par l’Education Nationale ?
Comment ne pas le croire alors qu’après deux jours de grève avec les syndicats SNES et FO, après de multiples initiatives avec les parents d’élèves et leurs organisations (GIPE, FCPE, PEEP), après les interventions de soutien de nombreux élus(…),les représentants de Mme la Rectrice de Créteil ont hier, lundi 9 janvier, rejeté purement et simplement nos demandes légitimes ?
Notre exigence de disposer en urgence de moyens humains a été jugée « simpliste ».
On ne compte plus les incidents graves avec violences physique et morale :
  • élèves qui urinent dans la cour,
  • crachats sur la CPE,
  • coups de compas,
  • bousculades (avec traumatisme crânien, deux chevilles cassées…),
  • mouvements de foule dans la cour,
  • enseignants obligés de s’interposer physiquement dans des bagarres
    incessantes,
  • opposition physique et insultes à Mme la Principale,
  • coupure au sécateur d’un câble d’alimentation électrique,
  • attouchements entre élèves,
  • nombreux déclenchements de l’alarme incendie, jusqu’à 6 fois par jour,
  • départ d’incendie volontaire…
(…) Aujourd’hui, la solidité et le dévouement du personnel ne sauraient suffire ni dédouaner l’administration de ses propres responsabilités.
Nous, nous avons su prendre les nôtres en clamant qu’un collège ne peut fonctionner ainsi ! Ses élèves ne peuvent être instruits normalement dans de telles conditions ! Ses personnels ne sont pas en mesure d’assurer leurs missions dignement ! Nous ne l’acceptons pas !
L’administration prend donc par avance la responsabilité de tout ce qui pourrait arriver.
Pour nous, rien n’est réglé. Nous décidons d’alerter tout le monde. Nous continuons plus que jamais d’exiger un deuxième Conseiller Principal d’Education et deux surveillants supplémentaires.
(…) Ce matin, pour la troisième journée, nous reprenons la grève avec les syndicats. Les parents et de nombreux élus, sont mobilisés, déterminés et décidés, avec nous, à obtenir ce qui n’est que notre droit et celui des élèves. Recevez-nous en urgence.



Aucun commentaire: