vendredi 13 janvier 2017

Collège Janusz KORCZAK, Limeil- Brévannes Importante prise de position syndicale en soutien aux personnels du collège Janusz Korczak

Collège Janusz KORCZAK, Limeil- Brévannes

Importante prise de position syndicale en soutien aux personnels du collège Janusz Korczak

la totalité des 10 élus du personnel au Comité Technique Spécial Départemental (4 FO, 3 FSU, 2 UNSA et 1 CGT) refusent de siéger au Comité Technique Spécial Départemental

Sur une proposition des élus FO, la totalité des 10 élus du personnel au Comité Technique Spécial Départemental (4 FO, 3 FSU, 2 UNSA et 1 CGT) ont interpellé la DASEN sur la situation au collège Janusz Korczak et refusé de siéger, jugeant surréaliste de discuter des dotations pour l'année prochaine alors que la DASEN, la rectrice et la ministre sont dans l'incapacité et/ou le refus d'accorder les moyens immédiats pour faire face à une situation d'urgence.
En conséquence la DASEN va re-convoquer un CTSD dans quelques jours
,Édith Bouratchik,secrétaire nationale du SN-FO-LC , s'était adressée à la ministre vendredi dernier pour l'interpeller sur la situation de ce collège et lui demander d'intervenir afin que les demandes soient satisfaites.


Communiqué des élus au CTSD du Val-de-Marne FO, FSU, UNSA et CGT du 16 janvier 2017

Les représentants des personnels FO, FSU, UNSA et CGT ont refusé à l'unanimité de siéger ce jour au CTSD du Val-de-Marne suite au refus de l'Inspection Académique et du Rectorat de satisfaire les revendications urgentes du collège J. Korczak qui connaît une situation alarmante depuis des mois (deux audiences à l'Inspection Académique les 16 octobre et 12 décembre 2016) pour exiger un CPE et 2 AED supplémentaires d'urgence. Les personnels ont fait deux jours de grève jeudi 5 et vendredi 6. Puis, après une audience au Rectorat lundi 9 janvier, où leurs demandes ont été jugées « simplistes » par le cabinet de la Rectrice, ils se sont à nouveau mis en grève le mardi 10. Les parents d'élèves ont pris le relais, bloquant le collège mercredi 11 et jeudi 12 janvier. Jeudi 12 le Rectorat a annoncé qu'il n'accordait que la présence d'un CPE deux demi-journées pour trois semaines, un « accompagnement téléphonique » en cas de problème, et un « plan de formation » à destination des personnels. Cette réponse a été ressentie comme un abandon, et a suscité l'indignation générale. Les personnels s'estimant en danger, ont décidé de saisir le CHSCT 94 et d'exercer leur droit de retrait vendredi 13 janvier, décision renouvelée ce matin lundi 16 par 34 voix pour et 5 abstentions.

Les élus au CTSD FO, FSU, UNSA et CGT s'adressent aux autorités de l'Éducation Nationale (DASEN, Rectrice, Ministre) afin qu'elles prennent enfin la mesure de la gravité de la situation et répondent d'urgence aux revendications des personnels du Collège Korczak, afin de rétablir les conditions d'une reprise du travail.


Les dix élus au CTSD
Pascal Chambonnet FO
Thierry Henique FO
Sarah Chastel FO
Perrine Danthez FO
Chi Laï Ngan SNES-FSU
Julie Cochain SNES-FSU
Francine Ketfi SNEP-FSU
Florian Mériais UNSA
David Lelong UNSA
Emilie Olivier CGT EDUC ACTION


Informations et revue de presse du Vendredi 13 Janvier

L’Assemblée Générale des enseignants et personnels d’éducation du collège Janusz Korczak, réunis le vendredi 13 janvier 2017 à 8h, avec le SNES et le SNFOLC, a examiné les réponses du rectorat après 3 jours de grève et 2 jours de blocage par les parents et leurs organisations (GIPE, FCPE, PEEP).
Dans un profond malaise, elle se déclare scandalisée, indignée devant le refus de l’administration nationale de prendre en compte l’état des lieux établis par ceux qui travaillent sur le terrain (voir liste des violences physiques et morales citées dans la lettre ouverte à Mme la Ministre).

Il s’agit d’un véritable déni de réalité.

Extrait de la motion adoptée en assemblée générale des personnels, ce Vendredi 13 Janvier



Les personnels du collège Janusz Korczak
Limeil-Brévannes 94450
Mardi 10 Janvier 2017

Lettre ouverte



Madame la Ministre,



Devons-nous penser que ceux qui ont en charge de nous défendre ont décidé de se laver les mains de ce qui se passe au Collège KORCZAK ?
Notre collège, avec ses élèves et leurs parents, ses enseignants, et tous ses personnels, est-il abandonné par l’Education Nationale ?
Comment ne pas le croire alors qu’après deux jours de grève avec les syndicats SNES et FO, après de multiples initiatives avec les parents d’élèves et leurs organisations (GIPE, FCPE, PEEP), après les interventions de soutien de nombreux élus, notamment M. CAMBON Sénateur du Val de Marne, Mme LECOUFLE Maire de Limeil-Brévannes, M. YAVUZ Conseiller Départemental, Mme LE BIDEAU Conseillère Départementale et Présidente de Groupe, les représentants de Mme la Rectrice de Créteil ont hier, lundi 9 janvier, rejeté purement et simplement nos demandes légitimes ?
Notre exigence de disposer en urgence de moyens humains a été jugée « simpliste ».
On ne compte plus les incidents graves avec violences physique et morale :
  • élèves qui urinent dans la cour,
  • crachats sur la CPE,
  • coups de compas,
  • bousculades (avec traumatisme crânien, deux chevilles cassées…),
  • mouvements de foule dans la cour,
  • enseignants obligés de s’interposer physiquement dans des bagarres incessantes,
  • opposition physique et insultes à Mme la Principale,
  • coupure au sécateur d’un câble d’alimentation électrique,
  • attouchements entre élèves,
  • nombreux déclenchements de l’alarme incendie, jusqu’à 6 fois par jour,
  • départ d’incendie volontaire…
Ceux-ci ont entrainé un véritable climat anxiogène pour le personnel et les élèves de l’établissement. La détresse des équipes, la mise en danger des élèves et la souffrance au travail sont aujourd’hui une réalité quotidienne. Nous sommes mobilisés pour la réussite éducative et non pas pour lutter contre la violence scolaire.
Aujourd’hui, la solidité et le dévouement du personnel ne sauraient suffire ni dédouaner l’administration de ses propres responsabilités.
Nous, nous avons su prendre les nôtres en clamant qu’un collège ne peut fonctionner ainsi ! Ses élèves ne peuvent être instruits normalement dans de telles conditions ! Ses personnels ne sont pas en mesure d’assurer leurs missions dignement ! Nous ne l’acceptons pas !
L’administration prend donc par avance la responsabilité de tout ce qui pourrait arriver.
Pour nous, rien n’est réglé. Nous décidons d’alerter tout le monde. Nous continuons plus que jamais d’exiger un deuxième Conseiller Principal d’Education et deux surveillants supplémentaires.
Nous ne renonçons pas, nous vous demandons de nous recevoir : force doit rester à la loi, c’est-à-dire à l’obligation pour les pouvoirs publics de garantir le droit à l’instruction. Celui-ci passe par un retour à un fonctionnement normal de notre établissement.
Ce matin, pour la troisième journée, nous reprenons la grève avec les syndicats. Les parents et de nombreux élus, sont mobilisés, déterminés et décidés, avec nous, à obtenir ce qui n’est que notre droit et celui des élèves. Recevez-nous en urgence.



Pour les personnels,
Madame Valérie PAILLOT, déléguée syndicale FO
Monsieur Léandre PANCHAUD, délégué syndical SNES



Les personnels du collège Janusz Korczak
Limeil-Brévannes 94450
Vendredi 13 Janvier 2017







Motion adoptée à l’unanimité
(moins 1 abstention)


L’Assemblée Générale des enseignants et personnels d’éducation du collège Janusz Korczak, réunis le vendredi 13 janvier 2017 à 8h, avec le SNES et le SNFOLC, a examiné les réponses du rectorat après 3 jours de grève et 2 jours de blocage par les parents et leurs organisations (GIPE, FCPE, PEEP).
Dans un profond malaise, elle se déclare scandalisée, indignée devant le refus de l’administration nationale de prendre en compte l’état des lieux établis par ceux qui travaillent sur le terrain (voir liste des violences physiques et morales citées dans la lettre ouverte à Mme la Ministre).

Il s’agit d’un véritable déni de réalité.


Comment comprendre que le rectorat déclare n’avoir connaissance que de 3 signalements alors que 149 rapports en bonne et due forme, officiellement, ont été établis dans l’établissement depuis la rentrée de septembre 2016 ?



Comment comprendre que l’administration ne propose rien des revendications d’un deuxième poste de CPE et deux postes de surveillants supplémentaires ? Ses propositions de soutien et de formation sont ressenties non seulement comme un abandon, mais aussi comme une manière de dire que les personnels manqueraient de compétence et seraient en quelque sorte responsables du délabrement du collège.



Notre seule CPE (Conseillère Principale d’Education), dont le dévouement et le professionnalisme font l’admiration de tous, a craqué : elle est en arrêt maladie. De nombreux enseignants se déclarent épuisés, découragés, au bord du burn-out. On peut vraiment parler de souffrance au travail.

Le collège est hors d’état d’accueillir normalement les élèves.



Dans cette situation, l’Assemblée Générale décide, qu’en raison des réponses de l’administration, les personnels sont en droit d’exercer leur droit de retrait.
L’Assemblée Générale se réunira de nouveau lundi 16 janvier 2017 à 8h pour examiner toute nouvelle proposition de l’administration.





Mise à jour du 16/12/2017




Le

Aucun commentaire: