mercredi 7 décembre 2016

Les nouvelles de Boissy, numéro 72 Le bulletin du comité de Boissy du POID

Les nouvelles de Boissy, numéro 72


Le bulletin du comité de Boissy du POID

L'éditorial

Quel gouvernement pourra rétablir l'ensemble de nos services publics et satisfaire les immenses besoins de la population ?

Avec le projet annoncé par le Rectorat de fermeture de 4 CIO (centres d’information et d’orientation des élèves) sur 11 que compte notre département, c'est la casse nos services publics qui se poursuit.
Sur notre commune de Boissy, ce ne sont pas moins de 8 services publics qui ont fermé leurs portes : plus de permanence de la CAF, plus de centre de Sécu, plus d'accueil RATP, ni SNCF, ni Pôle-Emploi, ni Tribunal et, maintenant, ce serait l'annexe du bureau de poste de la rue de Paris qui devrait fermer !
Ajoutons à cela les graves menaces qui pèsent sur l'hôpital Émile Roux et tous les hôpitaux du département auxquels devrait s'appliquer le regroupement en « pôles », occasion de déréglementer les horaires des hospitaliers , et prétexte à la fermeture de services entiers et à la réduction massive de l'offre de soins à la population.
Cette situation, c'est celle de Boissy, celle du département, celle de tout un pays et même de tout un continent, étranglé par les plans de l'Union européenne.
Chacun connaît les besoins de la population. Alors qu’avec l’approche des élections s’approfondit la crise politique, la seule question est de savoir quel gouvernement pourrait les satisfaire.
Quel gouvernement pourrait rétablir l'ensemble de nos services publics, créer les milliers de postes dont nous avons besoin dans nos hôpitaux et nos écoles ? Un gouvernement qui déciderait tout de suite la renationalisation de la Poste, l’abrogation de la Loi travail, de la Loi Touraine et de la Réforme des collèges et de toutes les contre-réformes !

Qui pourrait penser qu’un tel gouvernement soit possible sans qu’ait été imposé de rompre avec l'Union européenne et la Ve République ?
Des millions et des millions d'hommes et de femmes, en Italie, comme en France, à Boissy, comme dans toutes nos communes et nos villes, trouveront les moyens de se dresser contre l'Union européenne et chasser les gouvernements qui veulent nous asservir à ses plans.

A Boissy, la population a montré qu'elle était capable de se mobiliser, comme en témoignent les plus de mille signatures sur le vœu voté unanimement par le conseil municipal vendredi dernier pour le maintien d’un bureau de Poste de plein exercice rue de Paris. Les personnels de l’hôpital Émile Roux rejettent la réforme Hirsh-Touraine, les parents et les enseignants, avec leurs organisations, ont obtenu le rétablissement partiel des études surveillées, les agents du département ont imposé le report d’un an de la suppression de leur bonification au moment de partir en retraite, …

C'est le combat du POID et c'est aussi le combat de tous, travailleurs et militants de toutes tendances qui se regroupent ensemble pour renforcer le Mouvement national pour la rupture avec l’UE et la Ve république.

Assemblée mensuelle

POID de Boissy

Mercredi 14 Décembre 20 h
Salle de la pinède de Boissy


Venez nombreux

la Tribune des Travailleurs n°66
Affiche de la conférence mondiale en Hindi


POID Boissy
Communiqué du 26 nov.16

Vœu unanime au conseil municipal du 25 novembre pour le maintien du bureau de Poste de la rue de Paris,
Le POID se réjouit du vœu qui, revêtu de centaines de signatures de Boisséens et voté à l’unanimité au conseil municipal du 25 novembre, exige le « maintien du bureau de Poste de la rue de Paris » sans réduction d’horaires ni de services.
L’absence de réponse tant du directeur départemental de la Poste que du ministre Sirugue laisse clairement augurer la détermination du gouvernement à ignorer cette exigence unanime de la population et de ses élus. Le mépris de la démocratie, qui caractérise la politique de ce gouvernement, vient de sa soumission complète aux directives de l’Union européenne pour réduire les dépenses publiques et privatiser les services publics.
En ce qui concerne la Poste, conformément au traité de Maastricht, les directives postales européennes de 1997, 2002 et 2008 ont jalonné l’action des gouvernements Jospin, Raffarin et Fillon qui ont obtempéré en ouvrant progressivement le service postal à la concurrence jusqu’à la transformer en société anonyme en 2010. Aujourd’hui, le gouvernement Hollande-Valls applique les critères de rentabilité aux bureaux de Poste ; il les a fait passer de 9282 à 7829 cette année ( 14 147 bureaux de Poste en 1999 !) et ose affirmer que le nombre de « points de contact » ne change pas !
Accusée de vouloir supprimer un tiers des bureaux de poste de Val-de-Marne, la direction départementale, en parlant de maintien de « points de contact » passe en réalité aux aveux. Il s’agit d’un service public essentiel pour la population. L’heure n’est pas à jouer sur les mots. Parler de « présence postale » sous couvert d’ « agence postale communale » ou de « relais postal » chez un commerçant, c’est reconnaître qu’on ferme bien les bureaux de Poste de plein exercice .pour y substituer des « points de contact » précaires et aux compétences limitées tout en se débarrassant de 20 000 postiers et en déréglementant leurs conditions de travail.
Dans ce cadre, les discussions autour du « Contrat » ou de « commission » de « présence postale territoriale » n’ont qu’un but :tenter de piéger élus et syndicats dans toutes formes de collaboration pour mettre en place le plan de fermeture des bureaux de Poste de plein exercice et de privatisation de la Poste.
C’est pourquoi le POID soutient le mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la 5 ème république constitué le 5 novembre par des militants de toutes tendances du mouvement ouvrier. C’est pourquoi également, il se prononce pour le rétablissement du monopole du service public de la Poste, ce qui nécessite sa renationalisation et la restitution du statut de fonctionnaire d’État à tous les postiers. Dans l’immédiat, le POID appelle à la mobilisation dans l’unité :
retour au monopole de la Poste, non à la privatisation voulue par l’UE, tous en manifestation dans l’unité à la direction départementale de la Poste 94 et, s’il persiste, chez le ministre Sirugue

En Italie aussi, le rejet de l'Union européenne et de ses gouvernements



Conseil municipal du 25 novembre 2016

Fonds de compensation des charges territoriales (FCCT) suite au transfert de la compétence PLU (plan local d’urbanisme)

C’est à l’unanimité que le conseil rentre dans la mécanique des transferts à la métropole du Grand-Paris ! En ce qui concerne l’urbanisme, compétence majeure pour une ville, le maire a répété les assurances données par L. Cathala, président de l’EPT n°11, dit « Grand Paris Sud Est Avenir » : rassurez-vous, la compétence PLU appartient au « territoire » (EPT, établissement public territorial) mais le la rétrocède immédiatement aux villes ! Qui peut croire sérieusement à un montage juridique pareil !
En attendant, le conseil a quand même dû voter l’attribution de 30 397 euros pour une charge sensée lui appartenir encore ! Mais la ville va recevoir 10 612 euros « pour le personnel communal travaillant sur le PLU » ! Comprenne qui pourra ! N’avons-nous pas là l’illustration de l’opacité dans laquelle nous plonge la perte de la souveraineté des communes au profit du monstre métropolitain ? Que reste t-il dans ces conditions de la démocratie communale exercée par les citoyens ?
Et sur cette base, les transferts continuent ! Apparemment, le service culturel municipal serait en voie d’absorption dans l’EPT. « Ne vous inquiétez pas, ça ne change rien ! » qu’on vous dit ! Toutes les compétences de l’ancienne communauté d’agglo du Haut-Val de Marne sont passées dans les mains du maire de Créteil, président de l’EPT 11. Ainsi, par exemple, de notre piscine…
Rémunération des enseignants pour les études surveillées


Disparues dans les groupes Rostand et Prévert depuis deux ans, elles ont été supprimées également au Bois Clary, Amédée Dunois et Vallou. Devant les protestations des parents et suite à l’intervention des enseignants, avec leurs organisations, la mairie a décidé de les rétablir dans le haut de la ville en acceptant de rémunérer les enseignants comme dans les autres villes. Les familles ont immédiatement inscrit plus de 25 enfants à Dunois et autant au Bois Clary. Pour le POID, c’est une excellente disposition. Il faut l’élargir au maximum d’enfants et rouvrir au plus vite ces études dans la Haie Griselle.


Aucun commentaire: