samedi 17 décembre 2016

Dossier spécial, poste de Boissy Quand la Poste privatise, ferme se bureaux et les remplace par des points d'accueil

Dossier spécial, poste de Boissy

Quand la Poste privatise, ferme se bureaux et les remplace par des points d'accueilUne lente liquidation menée et poursuivie par tous les gouvernements successifs, au rythme des directives de l'Union européenne




Quand le supermarché de quartier fait office de bureau de Poste, reportage à Toulouse


«Avant, raconte Françoise Roncato, adjointe au maire et conseillère communautaire, les habitants de Borderouge devaient se rendre aux bureaux de Poste des Trois Cocus ou de la Croix-Daurade».
Mis en service le 4 juillet dernier, la Poste relais du Carrefour Express des Maourines a été officiellement inaugurée hier en présence de l'élue ainsi que du directeur régional réseau banque de La Poste, Frédéric Bresson.
Avec 17 000 points de contacts postaux, «La Poste est le premier réseau de proximité sur l'ensemble du territoire national», rappelle ce dernier. «Et à Toulouse, ce nouveau point de service vient s'ajouter aux 38 existants dont 35 bureaux de poste et trois Postes relais à Arnaud-Bernard, Jules Julien et Pouvourville».
La Poste relais du Carrefour Market de Borderouge n'est pas tenue par des fonctionnaires de la Poste, mais par quatre employées du Carrefour qui partagent leur temps sur d'autres postes du magasin. À l'heure où des postiers s'apprêtent à faire passer des épreuves de code de la route, l'utilisation d'employés de supermarché pour remplir une mission de service public fera sans doute grincer des dents.




Quand l' AMF( association des maires de France) " valide" le contrat de présence postale, ou quand une mystérieuse "présence" postale remplace la bien réelle présence d'un bureau de poste
Ces gens sont de vrais magiciens ou des adeptes de Saint AUGUSTIN, le corps mystique de la Poste, sa présence remplacera son corps réel
8 décembre 2016 – l’Association des maires de France (AMF) valide le contrat de présence postale territoriale 2017-2019 qui devrait être signé avec la Poste en début d’année 2017, satisfaite d’avoir obtenu que l’accord préalable du maire sur la modification de la présence postale reste requis pour tous les bureaux de poste dont l’activité est inférieure à 18 heures par semaine, les bureaux implantés dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, dans les communes nouvelles et dans les communes ne comptant plus qu’un seul bureau de poste.
Ce même jour, grève à l’appel des syndicats CGT, SUD-PTT et Unsa de La Poste pour protester contre la dégradation da dégradation des conditions de travail, rappelant que près de 50 000 emplois ont été supprimés depuis 2008 et que 8.000 bureaux de poste sur 17.000 ont été transformés en agences postales communales pour les deux tiers, ou en relais tenus par des commerçants pour un tiers..


Historique: les communiqués du POID de Boissy

Communiqué du 26 nov.16

Vœu unanime au conseil municipal du 25 novembre pour le maintien du bureau de Poste de la rue de Paris,
Le POID se réjouit du vœu qui, revêtu de centaines de signatures de Boisséens et voté à l’unanimité au conseil municipal du 25 novembre, exige le « maintien du bureau de Poste de la rue de Paris » sans réduction d’horaires ni de services.
L’absence de réponse tant du directeur départemental de la Poste que du ministre Sirugue laisse clairement augurer la détermination du gouvernement à ignorer cette exigence unanime de la population et de ses élus. Le mépris de la démocratie, qui caractérise la politique de ce gouvernement, vient de sa soumission complète aux directives de l’Union européenne pour réduire les dépenses publiques et privatiser les services publics.
En ce qui concerne la Poste, conformément au traité de Maastricht, les directives postales européennes de 1997, 2002 et 2008 ont jalonné l’action des gouvernements Jospin, Raffarin et Fillon qui ont obtempéré en ouvrant progressivement le service postal à la concurrence jusqu’à la transformer en société anonyme en 2010. Aujourd’hui, le gouvernement Hollande-Valls applique les critères de rentabilité aux bureaux de Poste ; il les a fait passer de 9282 à 7829 cette année ( 14 147 bureaux de Poste en 1999 !) et ose affirmer que le nombre de « points de contact » ne change pas !
Accusée de vouloir supprimer un tiers des bureaux de poste de Val-de-Marne, la direction départementale, en parlant de maintien de « points de contact » passe en réalité aux aveux. Il s’agit d’un service public essentiel pour la population. L’heure n’est pas à jouer sur les mots. Parler de « présence postale » sous couvert d’ « agence postale communale » ou de « relais postal » chez un commerçant, c’est reconnaître qu’on ferme bien les bureaux de Poste de plein exercice .pour y substituer des « points de contact » précaires et aux compétences limitées tout en se débarrassant de 20 000 postiers et en déréglementant leurs conditions de travail.
Dans ce cadre, les discussions autour du « Contrat » ou de « commission » de « présence postale territoriale » n’ont qu’un but :tenter de piéger élus et syndicats dans toutes formes de collaboration pour mettre en place le plan de fermeture des bureaux de Poste de plein exercice et de privatisation de la Poste.
C’est pourquoi le POID soutient le mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la 5 ème république constitué le 5 novembre par des militants de toutes tendances du mouvement ouvrier. C’est pourquoi également, il se prononce pour le rétablissement du monopole du service public de la Poste, ce qui nécessite sa renationalisation et la restitution du statut de fonctionnaire d’État à tous les postiers. Dans l’immédiat, le POID appelle à la mobilisation dans l’unité :

retour au monopole de la Poste, non à la privatisation voulue par l’UE, tous en manifestation dans l’unité à la direction départementale de la Poste 94 et, s’il persiste, chez le ministre Sirugue

Communiqué du comité de Boissy du POID, le 15 Décembre 2016


A quelques heures de la tenue du Conseil municipal, le POID qui avait soutenu le voeu unanime adopté le 23 Novembre, affirme à nouveau sa position
-Annulation de fa fermeture annoncée par la direction de la Poste de l'annexe de la rue de Paris
-Maintien du bureau de poste de plein exercice et de tous ses personnels et services
,C''est la seule exigence conforme à la volonté massivement exprimée par les Boisséens de maintien de leur bureau de poste

Les réponses apportées par la direction de la Poste aux demandes des élus confirment son intention de maintenir la fermeture, avec la "promesse" fallacieuse de maintien d'une " présence postale", qui n'est que réduction et privatisation
La direction de la poste a confirmé ses intentions, le gouvernement a annoncé un plan de fermeture de 3000 bureaux de poste.le mandat de la population n'est pas d'accompagner cette politique, comme le fait l'accord validé par l'AMF (association des maires de France), le mandat est de la faire reculer

.Les élus et la population ne sauraient accepter  ce mépris pour les besoins les plus élémentaires de la population, c'est tous ensemble, avec nos élus  que nous devrons nous rendre à la direction régionale de la Poste et s'il le faut au ministère pour rappeler l'exigence unanime des Boisséns.







Un dossier de la Tribune des travailleurs du 14 décembre 2016


La Tribune des travailleurs ouvre ses pages cette semaine sur un dossier entièrement consacré à la Poste, dans tous ses états. A lire absolument.



  • « La Poste, tout le monde connaît », un article d’Olivier Doriane.
  • Le contrat signé entre l’État, l’Association des maires de France et La Poste accélère son démantèlement. Si cela continuait, demain, elle disparaîtrait comme service public.
  • Ils ont cassé le vieux principe de la distribution du courrier : un facteur = une tournée.
  • Le traité de Maastricht impose la remise en cause du monopole des services publics. Les gouvernements de droite et de gauche ont transposé les directives postales imposant la concurrence.
  •  Au nom du groupe des sénateurs communistes, Jean-Pierre Bosino interroge : « Après bientôt un quinquennat, nous vous demandons, monsieur le secrétaire d’État, ce qu’a fait le gouvernement pour la défense de La Poste à laquelle il semblait pourtant bien attaché lorsqu’il était dans l’opposition ».
  • « Quand on ne peut plus se faire entendre, la seule solution, c’est la grève » – les agents du bureau de Clamart en grève le 8 décembre.

Aucun commentaire: