lundi 7 novembre 2016

Université : pas un seul sénateur n’a voté contre la sélection !





Sélection des étudiants en Masterl’Unef, la CFDT, le Snesup-FSU et l’Unsa signent une « position commune » avec le gouvernement

Un article de La Tribune des Travailleurs du mercredi 12 octobre

L’accord signé le 4 octobre 2016 entre la ministre de l’Education nationale et les organisations syndicales UNEF, FAGE et PDE (étudiants) ; SNESup-FSU, SGEN-CFDT, Sup-UNSA, SNPTES (personnels), prépare la réforme du master (diplôme correspondant à bac + 5) en imposant une sélection à l’issue de la licence pour accéder au master 1, ce que faisaient librement jusqu’ici les étudiants, en fonction de leurs projets.
Les organisations syndicales ont pour vocation de défendre les droits des personnels (en l’occurrence les étudiants), indépendamment des Etats et des gouvernements. 
L’UNEF crie victoire après cet accord, où l’admission sera subordonnée à un concours ou l’examen du dossier. Mais combien de jeunes seront alors exclus de l’université, ou devront attendre une année supplémentaire ? Combien par ce projet seront soumis à la mobilité? L’article de La Tribune des Travailleurs revient sur toutes ces questions.
Le gouvernement a besoin de l’appui des organisations syndicales, jusqu’à les intégrer au rouages de l’Etat. La Ve République incapable d’assurer un avenir à la jeunesse (qui s’est levée contre la loi El Khomri), s’acharne.
Elle ne peut empêcher le rejet par les étudiants de cet accord qu’ils ont appris par la presse.
La Tribune des Travailleurs et Jeunesse Révolution (qui édite une brochure détaillée), s’emploient à faire connaître les suites de cet évènement.

Université : pas un seul sénateur n’a voté contre la sélection !

Un article paru dans la Tribune des travailleurs du 2 novembre 2016

retraitLe 27 octobre, consensus “gauche” – droite. La loi adoptée par le Sénat s’appuie sur la “position commune” signée entre la ministre de l’Education Nationale et plusieurs organisations syndicales. Le Sénateur Dupont à l’origine de la loi précise : “il ne s’agit pas de créer un droit au master pour tous”. Le saviez-vous ? De l’UMP au PCF, pas un seul sénateur n’a voté contre la sélection !


Aucun commentaire: