jeudi 24 novembre 2016

Besançon, les étudiants et les personnels mobilisés contre la fermeture de plusieurs filières

Besançon, les étudiants et les personnels mobilisés contre la fermeture de plusieurs filières


Alors que le gouvernement tente de faire passer sa Réforme  introduisant la sélection à l'entrée des Masters, à Besançon, c'est contre les conséquences tragiques de l'étranglement financier des  universités que les étudiants se mobilisent.
Comme le rapporte l'article de l'Est républicain, ils étaient si nombreux que l'AG  s'est réunie dans 2 amphis.
Nul doute qu'un gouvernement qui sacrifie sa jeunesse n'a aucun avenir et que les jeunes, comme ils ont toujours su le faire trouveront les voies de la mobilisation victorieuse.
C'est pour cet objectif et pour aider à la mobilisation que vient de se  constituer le CLER, comité de liaison des étudiants pour la rupture

Les jeunes à la Conférence nationale des délégués pour la rupture avec la Ve République et l’Union européenne (5 novembre 2016)


En mars nous avons dit « retrait de la loi travail », aujourd’hui nous disons « retrait de la loi sélection ».




BESANÇON - UNIVERSITÉBRAS DE FER ENTRE ÉTUDIANTS ET PRÉSIDENT


Les menaces qui pèsent sur certaines filières de l’université de Franche-Comté ont mobilisé mardi les étudiants. Ils ont décidé d’agir suite aux annonces de suppression de la licence et du master d’italien, de la licence de musicologie. Craintes également pour les études de russe et la formation en traitement automatique des langues.
Étudiants, syndicats et professeurs se sont retrouvés lors d’une première AG, à la fac des Lettres ce mardi. Cette assemblée s’est tenue dans deux amphithéâtres tant la mobilisation était importante. Première décision : aller bloquer le conseil d’administration de l’université l’après-midi. Il n’y était pas question de la carte des formations mais d’un sujet également préoccupant, la campagne d’emplois qui prévoit de nombreux gels de postes.
Dès 14 h 30, des centaines de personnes ont donc forcé les portes de la présidence de l’université. Et ont dû faire face, très vite, à un imposant barrage policier. S’engageait alors un bras de fer entre les jeunes, rassemblés dans le hall, la police et le personnel de l’université. La venue du président Bahi au balcon n’a pas ramené le calme. Elle a, au contraire, exacerbé un sentiment de colère et d’injustice. « Pourquoi nous avoir fait travailler sur les maquettes des formations si vous saviez déjà que tout est joué ? », s’est indignée une professeure.



Face aux menaces qui pèsent sur certaines filières, étudiants, syndicats et des professeurs ont décidé de bloquer, ce mardi, le conseil d’administration de l’université. Vives tensions et grosse présence policière.



 Les étudiants ont manifesté à l'interieur de la Maison de l'université
Articles et photos, voir  l'Est républicain




Aucun commentaire: