mardi 20 septembre 2016

Dans le prochain numéro des Nouvelles de Boissy

Les Nouvelles de Boissy
Bulletin du comité de Boissy du POID


Éditorial Défendre nos droits, nos écoles, nos enfants

Premier mois de rentrée, à Boissy comme ailleurs les mêmes problèmes, les mêmes inquiétudes.
Inquiétude pour nos enfants, avec une Réforme du collège qui supprime des centaines d'heures de cours disciplinaires, disloque le contenu des enseignements collège par collège et l'annonce faite par Hollande de l'extension de la Réforme au lycée.
Inquiétude pour nos jeunes, sans emploi ou condamnés aux contrats précaires et pour nos étudiants qui s'entassent dans des amphis surchargés.
Et encore et toujours, les salaires bloqués, la menace du licenciement et combien d'entre nous au bord du basculement dans la pauvreté..
Cette rentrée, c'est aussi l'Inspection d'Académie obligée de reculer devant la mobilisation unie des instituteurs et des parents avec les organisations syndicales, 30 ouvertures de classes dont une au Bois Clara et 5 à Limeil
Toutes les revendications demeurent et en particulier le rétablissement des études, là où elles ont été supprimées, mais la preuve est faite qu'ils peuvent reculer, que nous pouvons les faire céder, que la victoire est possible contre le gouvernement et sa politique de destruction dictée par l'Union européenne.

Nos enfants sont livrés à la pédagogie de l'ignorance que le gouvernement tente d'imposer en cette rentrée.
Pour nous, POID, tout est possible et même la victoire, des milliers ont commencé à se regrouper atour d'un appel qui dit qu' un autre gouvernement est possible, qu'il est possible de balayer les institutions de la Ve République, celles du 49 ter, celles de l'état d'urgence, celles du monarque élu.

Discuter, s'organiser, regrouper nos forces, c'est le commencement de toutes choses, c'est notre programme que nous partageons avec des milliers de travailleurs, de militants et de jeunes de toutes tendances



COLLEGES


Dans les collèges, la rentrée est placée sous le signe d’une réforme unanimement rejetée par les enseignants et qui instaure le droit à l'ignorance pour les élèves. 
Les heures d'enseignement disciplinaires sont brutalement réduites, les options et les groupes font l'objet de nombreuses suppression et les manuels correspondant aux nouveaux programmes ne sont pas encore arrivés dans de nombreuses disciplines ;
Malgré les réticences et le refus des professeurs, la ministre impose les EPI ( enseignements pluridisciplinaires) qui ne sont ni des maths, ni de l'Histoire, ni du Français, ni rien ayant un quelconque contenu, mais sont une bouillie pédagogique différente d'un établissement à l'autre.
Ni les enseignants, ni les parents ne pourront suivre la progression des enfants, puisque désormais il n'existe plus de programme annuel par discipline, .La seule finalité de tout ce fatras pédagogique étant la remise en cause des diplômes nationaux, du Bac et du Brevet qui reposent sur des programmes communs à tous les établissements

Chacun doit comprendre que c'est contre la jeunesse que cette réforme est dirigée, ceux qui veulent détruire le code du travail n'ont plus besoin de jeunes instruits, qualifiés et se présentant sur le marché du travail avec des diplômes nationaux, voilà le véritable enjeu de cette réforme

Écoles Val-de-Marne : 30 ouvertures de classe après la rentrée


17 ouvertures en maternelle et 13 en élémentaire, dont 4 ouvertures à Limeil-Brévannes et 1 à Boissy ( Bois Clary )
L' Inspection académique a du céder devant la mobilisation des parents et des instituteurs unis avec leurs organisations syndicales et les associations de parents d'élèves,
Toutes les demandes des parents, des instituteurs et des agents doivent être satisfaites, c'est l'exigence unanime, comment accepter qu'en cette rentrée des écoles se retrouvent sans études et des études sans maîtres et ceci alors que nous savons que pour beaucoup d'enfants l'étude offre le meilleur cadre ( et souvent le seul ) pour faire ses devoirs.
le rétablissement des études à Boissy est une nécessité absolue: pour le POID (voir tract joint), il revient à la mairie, chargée de défendre la population, de prendre les mesures permettant de préserver les études surveillées (encadrées pédagogiquement par un enseignant) pour toutes les familles qui le souhaitent.




Hôpitaux du Val-de-Marne : Alerte !
Tract du POID Val de Marne (extrait)








L’agence régionale de santé (ARS) a publié le 5  juillet, la liste des groupements hospitaliers de territoire sur l’Île-de-France.
Pour le Val de Marne : 7 hôpitaux regroupés dans 3 GHT 


  • Un GHT regroupant l’hôpital de Villeneuve Saint-Georges avec le Centre hospitalier intercommunal de Créteil qui en est le pôle
  • Un GHT regroupant les Hôpitaux St Maurice et l’hôpital des Murets qui devaient faire partie du GHT avec les CHI de Créteil et Villeneuve Saint-Georges mais devant la mobilisation de tous les personnels avec leurs syndicats, médecins compris, l’ARS a dû y renoncer.
  • Un GHT regroupant l’hôpital Paul Guiraud de Villejuif (qui s’étend jusque dans les Hauts de Seine), la Fondation Vallée de Gentilly et l’hôpital Erasme d’Antony.
Mutualiser, fusionner, privatiser en supprimant des emplois, des lits, des services


Le CHI de Créteil et celui de Villeneuve St Georges ont chacun une maternité. Elles sont aujourd’hui de taille quasi identiques. Chacune a sa consultation IVG, sa consultation pour maman diabétiques ou hypertendues. Qui va garder ces consultations avec le GHT ? Si vous habitez Villeneuve Saint-Georges , vous irez consulter à Créteil
Où iront accoucher les femmes si on ferme encore une maternité ? Déjà en juin 2015 l’hôpital militaire Begin a fermé à Vincennes. La tendance est de raccourcir la durée d’hospitalisation. Bientôt l’accouchement à domicile ?
Le « virage ambulatoire » a supprimé des centaines de lits dans tous les hôpitaux du département. A Mondor, les lits des urgences sont transférés en partie dans les autres services en diminuant leur capacité d’accueil. Dans toutes les pathologies, les temps d’attente sont déjà de plus en plus longs, les consultations « privées » se généralisent. Mais les mutuelles ne peuvent plus maintenant rembourser au-delà d’un plafond, ou le patient paie ou il ne peut plus être soigné. Où va-t-on ? C’est la liquidation de la sécu qui se profile .
Et les services de psychiatrie, que vont-ils devenir ?
L’ARS demande déjà aux directions des hôpitaux de tailler dans leur budget, et la masse salariale est la variable d’ajustement privilégiée comme partout. A l’hôpital Paul Guiraud de Villejuif (PGV), après la suppression de jours de RTT des personnels, 200 suppressions d’emplois en deux ans sont annoncées. En juillet, la mutualisation des CMP de Châtillon et Bagneux, dépendant de Paul Guiraud a été annoncée entraînant la fermeture du centre de Châtillon qui suit quelque 450 patients par an !




Rompre avec un gouvernement qui s’acharne contre tous les droits collectifs
Le POID apporte son soutien aux initiatives et mobilisations des personnels partout, dans les régions et les départements, avec ses organisations syndicales contre cette politique meurtrière, à Saint-Maurice, Villiers le Bel, à Marseille, Troyes, Etampes, dans les départements, etc.
Le POID propose aux militants, citoyens, salariés, élus, de combattre cette politique dans le cadre d’un appel pour l’unité contre la mise en œuvre des GHT, contre le démantèlement des hôpitaux publics
Non aux Groupements Hospitaliers de Territoire ! Maintien des hôpitaux de Créteil, Villeneuve Saint Georges, Saint Maurice, Villejuif, La Queue en Brie, …avec tous leurs services et tous leurs postes de personnel !


Inde. 150 millions d’Indiens dans la rue contre la loi travail



Rendez-vous à Mumbai, La grande ville industrielle de l’ouest de l’Inde , accueillera la Conférence mondiale contre la guerre, l’exploitation et le travail précaire


Conférence mondiale
contre la guerre, l'exploitation et le travail précaire
Mumbai Novembre 2016










Aucun commentaire: