samedi 9 juillet 2016

Les Nouvelles de Boissy, numéro 67 Le bulletin du comité de Boissy du POID


Les Nouvelles de Boissy, numéro 67
Le bulletin du comité de Boissy du POID
L'éditorial d'André Yon
L’apparence d’une victoire remportée contre la volonté majoritaire
6 mois d’une bataille qui a jeté dans la rue des millions pour le retrait du projet de loi El Khomri, 6 mois de combat acharné pour la grève jusqu’au retrait et… le mur du 49 ter, le mur des institutions de la Vème république !  La loi-travail se retrouve donc, sans débat ni vote, réputée adoptée par l’Assemblée nationale…
La destruction du Code du travail, concentré des conquêtes sociales depuis plus d’un siècle, est engagée comme l’exigeait depuis toujours l’Union européenne pour baisser le coût du travail.
Dans les mâchoires des exigences de Bruxelles et des institutions de la Vème république, il n’est aucun domaine qui échappe :
  • 95 fermetures de classes, record battu ! Jamais l’Education nationale n’avait fermé autant de classes dans le Val-de-Marne ! (Voir tract ci-contre « Non, Mme la Ministre, la rentrée ne peut pas se passer dans ces conditions ! »)
  • Le personnel communal constate chaque jour un peu plus la dégradation de ses conditions de travail. Le discours officiel est bien rôdé : tout va bien, « L’équipe municipale a tenu ses engagements en maintenant les services publics. Je suis conscient de la difficulté qu’ont eu les familles à faire face aux 6 grèves depuis janvier » (édito du maire dans le Mag de juin 16). Fermons les yeux sur les départs et les absences non remplacés, sur la fatigue et aussi sur l’angoisse suscitée par la crainte des transferts liés à la mise en place du Grand Paris,… Ce sont les grévistes qui sont responsables !
  • Dans les collèges, la rentrée sera celle de la réforme dénoncée par 80% des enseignants comme calamiteuse, dans le prolongement de celle des rythmes scolaires dans les écoles !
Et pourtant, certainement pas 6 mois pour rien car des questions essentielles se sont clarifiées : 
-          celle du rapport de forces  capable de battre ce gouvernement, et donc  d’en finir avec les journées-saute-mouton, celle de la grève générale,
-          celle de l’Union européenne, véritable matrice de la loi El Komhri : pas de solution sans rupture avec l’UE ! Ce que les Britanniques ont fait, pourquoi pas nous ?
-           celle enfin des institutions du coup de force permanent ! Beaucoup d’efforts sont déployés pour tenter de trouver une solution de rechange à travers les élections présidentielles mais qui, dans la population, croit sérieusement qu’un autre président ferait une autre politique ?
Ces questions font déjà l'objet d'une intense réflexion et d’un large débat au sein de toutes les organisations. Pour nous, militants du POID, l'urgence est au regroupement de tous ceux qui, quels que soient leurs engagements, veulent en finir avec la Vème République et l'Union européenne. Nous apportons tout notre soutien à l'appel lancé par plus de mille travailleurs et jeunes de toutes tendances à une Conférence nationale pour la rupture avec l'UE et la Ve République.


Quelle rentrée pour nos enfants, dans le Val de Marne et à Boissy

A Boissy, 2 fermetures (Bois-Clary et Rostand). A Limeil, 1 fermeture (Piard) et, surtout, le refus d’ouvrir les 5 classes pour répondre à l’arrivée massive de nouvelles familles… Les syndicats enseignants (FO, FSU, CGT, Sud) et les associations de parents, souvent avec l’appui des élus, ont multiplié les délégations et manifestations jusqu’au ministère mais en vain… A la rentrée, ils appellent à ne pas lâcher !






Conseil municipal du 30 juin 2016
Tarifs : augmentations systématiques. Inadmissible !
La majorité municipale, ignorant les difficultés qui découlent pour les Boisséens de la politique du gouvernement, a voté à tous les chapitres des hausses de tarifs, allant souvent très au-delà de l’inflation. Exemples :
  • Cimetière, concession de 15 ans : +8,33%
  • Salles du centre aéré : jusqu’à +4,91%
  • Salle du Tohu Bohu : jusqu’à + 31,6% (les élus de Boissy-Avenir, avec N. Georges ont été les seuls à voter contre)
  • École de musique : +9€/an
  • Cinéma : +3,12% pour les moins de 16 ans, +4,84% pour les adultes
  • Tennis, carte mensuelle : +2,97%
  • Cantine : +2% (+3,5% pour le « tarif exceptionnel », c’est-à-dire pour les parents obligés de trouver une solution au dernier moment)
Un conseil : consulter le compte-rendu officiel pour le détail de chaque tarif
Effectifs des agents communaux : que comprendre ? Que croire ?
Le conseil a voté la suppression :
  • D’un poste d’agent de maîtrise à la voirie
  • De 6 heures suite à la fermeture de la salle de musculation
  • De 2 heures d’enseignement de musique
Ces seuls chiffres ne rendent pas compte de la baisse des dépenses de personnels dans le budget 2016. Doit-on penser que nombre de postes restent, comme par le passé, non pourvus sans apparaître dans les délibérations du conseil municipal ?
Dans le numéro 61 des Nouvelles du POID (14 février 16), nous écrivions : « le maire a annoncé que les dépenses de personnels devraient pour la première fois baisser de 13,6 à 13,4millions d’euros… Sachant que, rien que pour maintenir le nombre de postes existants, il faut augmenter le budget de 5 à 10% chaque année, on voit qu’il manquera une très grosse somme. Il est à craindre qu’on ne dise pas aux Boisséens combien de postes pourraient ainsi disparaître. Entre 15 et 20 ? »
Dans le numéro 63 (28 mars), sous le titre « Budget municipal 2016, une majorité de plus en plus courte », nous écrivions que « ce recul sans précédent répercutait la baisse des dotations aux communes. Le maire a d’ailleurs confirmé cette baisse au niveau de 700 000 euros pour cette seule année 2016. C . Larger, Boissy-Avenir, a fait la démonstration que le déficit se chiffrait à 16 postes en moins. L. Normand, PCF, s’est élevé contre une orientation qui fait retomber l’austérité sur les agents de la ville ».

Loi NOTRe (réforme territoriale)
R. Guillemard (PS) et C. Mache (PCF) ont été désignés pour représenter la ville à la CLECT (commission locale d’évaluation des charges territoriales) de la métropole du Grand Paris.
La loi a été votée, le forfait s’accomplit sous nos yeux : les communes sont en train d’être dépouillées d’un grand nombre de leurs compétences. Les communes, cellules de base de la république, incarnaient l’héritage de la révolution française de 1789. Le gouvernement, de Sarkozy à Hollande, les asphyxie budgétairement et les dépossède de leurs souveraineté.
Rapport annuel de la Lyonnaise des Eaux
Les élus PS ayant refusé notre proposition, lors du mandat précédent, de suivre l’exemple de nombreuses villes qui, gérant elles-mêmes le service de l’eau, parvenaient à d’importantes baisses des tarifs pour les habitants, la Lyonnaise des Eaux continue donc de régner sur nos factures et de s’engraisser !
C . Larger, Boissy-Avenir, a soulevé à juste titre la question de l’eau au niveau où elle se gère désormais, celui du T 11 (« Territoire » dans lequel Boissy est désormais noyé dans les plus de 300 000 habitants de 16 communes). Les villes ont des régimes différents. Que va-t-il se passer ? Vont-elles les garder ? Une uniformisation pourrait-elle être imposée ? Selon quels critères ?
Pour le POID, une seule solution serait conforme aux intérêts de la population : le retour de la gestion de l’eau en régie municipale ou intercommunale.

SITA-Veolia
La grève s’est arrêtée au bout de 4 jours, la CFDT choisissant d’accepter les propositions du patron. Le rapport des forces a fait qu’au regard des propositions patronales de départ, 1,2% pour les ripeurs et les trieurs (sur la chaîne) et 1% pour les chauffeurs, ont limité le sentiment d’amertume. Toutes les procédures de sanction engagées par huissier ont été annulées, le retrait des jours de grève étalé et les HS pour rattraper les retards de déchets accumulés payées à 150% (permettant d’éponger aussitôt le manque à gagner dû à la grève).
Permanence POID tout l'été
En Juillet et en Août, bureau ouvert du POID
JEUDI 18 H 30 au Bulut ( en face du RER )





Aucun commentaire: