samedi 4 juin 2016

Les Nouvelles de Boissy, numéro 65 Bulletin du comité de Boissy du POID

Les Nouvelles de Boissy, numéro 65
Bulletin du comité de Boissy du POID

L'éditorial d'André Yon
"Faut pas qu'ils nous prennent pour des billes !"

Sortir de l'Union européenne ? Telle est la question posée au référendum du 23 juin prochain en Grande Bretagne. Des syndicalistes de 23 pays européens appuient la campagne pour le "to leave" (quitter). Nous les avons entendus au meeting de samedi dernier, à Paris, et c'est avec enthousiasme que les 1200 participants (dont une vingtaine avec notre comité local du POID), ont accueilli l'appel, lancé par 146 militants d'origines diverses dans le mouvement ouvrier à préparer une conférence nationale pour la rupture avec l'UE et la Vème république.
Ils savent que l'exigence de la classe ouvrière et la jeunesse du "retrait pur et simple du projet de loi El Khomri" s'est heurtée à de nombreux obstacles.
Junker, le président de la Commission européenne, a déclaré : "la réforme du Code du travail, c'est le minimum de ce qu'il faut faire". Alors, Hollande-Valls, incapables de rassembler leur majorité de godillots à l'Assemblée nationale, plus isolés que jamais, ont eu recours au 49ter qui, dans l'arsenal de la Vème république permet de faire passer une loi sans vote !
"J'irai jusqu'au bout", répète François Hollande...
« Aujourd’hui, sans attendre une manifestation nationale le 14 juin, après une dizaine de journées saute-mouton, routiers, travailleurs des raffineries, dockers, électriciens, cheminots, employés de l’aviation civile et agents de la RATP, sont entrés dans la grèves pour leurs revendications et le retrait du projet de loi El Khomri. Prenant en compte le refus obstiné du gouvernement, ayant appris à se méfier de prétendus « améliorations » du texte, ils ont tiré la conclusion que c’est par eux-mêmes qu’il fallait engager le rapport de forces.
Les grèves, sans attendre une manifestation nationale le 14 juin, cherchent à s'enraciner dans les raffineries et les dépôts de carburant, les centrales électriques, les ports, et pourraient se développer à la SNCF, à la RATP ou dans l'aviation civile, comme dans l'usine de traitement des déchets d'Ivry. 
Un appel clair et net, au niveau national, aurait, depuis longtemps sans doute, réglé le sort de ce gouvernement vendu au MEDEF et aux banquiers.
L'exaspération est profonde. Tout est encore possible. Et c'est maintenant que sort, dans tous les journaux, cette idée incroyable qu'en modifiant un peu l'article 2 du projet de loi, les 54 autres articles pourraient devenir acceptables. Le "retrait" ne serait plus nécessaire...
"Faut pas qu'ils nous prennent pour des billes !", s'est exclamée une agent communale à la sortie du meeting.
Nous sommes l'immense majorité, la légitimité. Et on ne pourrait jamais échapper à la dictature de Bruxelles ? Bien-sûr que si ! Mais on ne peut mettre en échec les naufrageurs du Code du travail et de toutes les conquêtes sociales si l'on craint de rompre avec l'UE.

Signez, faites signer, l'appel des 146 !


Transferts de services et personnels communaux au "Territoire" 
Interview de Cyril Calès, syndicat FSU des agents communaux de Boissy
  1. Laurent Cathala, maire de Créteil et président du « Territoire 11», auquel est intégré Boissy, affirme avoir engagé le processus des transferts de personnels après consultation des organisations syndicales. Qu’en est-il ?
Au niveau local, il n’y a eu aucune concertation. Est-ce qu’il y en a eu à un autre niveau et avec quelle organisation syndicale, je l’ignore. S’il y a concertation, il n’en redescend rien !
  1. Quels premiers transferts sont en cours ou se préparent ? Ton secteur, celui de la culture est-il concerné ?
Selon le maire, aucun agent n’est concerné. Selon des rumeurs, la culture passerait au territoire. L’absence d’information renforce les inquiétudes des agents. Une « coordinatrice » a commencé à organiser des réunions mais pour préparer quoi ? On n’en sait rien ! Cela se fait dans le dos des agents, alors qu’il s’agit de leur carrière, de leur rémunération ! Mais, les personnes, apparemment, c’est secondaire !
  1. Quels risques principaux, selon toi, courent les services publics communaux et les agents ?
La perte des avantages acquis, des changements assez radicaux sur les horaires, des déplacements forcés en fonction des besoins du « Territoire ». Des contraintes qui pourraient ne pas convenir du tout aux collègues. En termes de carrière, peut-on attendre du positif de l’élargissement des possibilités ? La mutualisation des moyens nourrit chez nous les plus vives inquiétudes, d’abord pour le non-remplacements des collègues qui vont partir en retraite, et aussi pour des suppressions de postes. Pourtant, l’organisation sur un territoire plus grand et sur des populations nouvelles ne peut que générer des missions supplémentaires. Ajoutons que la vision des élus va se trouver diluée et fait planer l’incertitude sur ce que cela va entraîner en ce qui concerne l’avenir et la qualité des services publics.
  1. La loi-Travail du gouvernement affaiblirait les garanties statutaires des personnels. Que faire pour imposer son retrait ?
Il n’y a que la mobilisation puisque le gouvernement ne veut rien entendre. Il n’y a aucune vraie discussion. Ce n’est pas qu’il n’y a rien de positif dans ce projet de loi mais il y a sa logique globale, celle du pouvoir de l’argent au mépris des personnes. Je constate que la mobilisation ne faiblit pas, au contraire. Toutefois, elle pourrait s’effriter. Pour les agents, c’est très dur, ils ne peuvent tenir. Le blocage, honnêtement, fait avancer les choses. En face, ils disent que c’est prendre la population en otage mais les blocages, on n’a plus que ça. Reste une certitude : la population est largement opposée à ce projet de loi.Conseil municipal du 23 mai 2016


Boissy, Conseil municipal du 23 Mai 2016

  1. Répondant à une demande de parents d’élèves, le maire a indiqué que le car affecté au transport des enfants de maternelle pourrait, dans la mesure des places disponibles, ramener aussi les élèves de primaire à Savereau. Leurs parents seraient ainsi dispensés d’aller les chercher de l’autre côté de la N19. A noter toutefois que ces élèves devraient donc être accueillis dans les locaux de la maternelle Savereau : qui se chargera du travail supplémentaire de garde et de ménage ? Rappelons que la baisse des dépenses de personnels au budget 2016 signifie une compression de l’ordre de 15 postes.
  2. A été lue la lettre d’un médecin annonçant son départ en retraite. La cité de la Haie Griselle ne compterait plus qu’un seul généraliste… Un quasi désert médical à mois de 20 km de Paris ?
  3. R. Guillemard (PS) et C. Mâche (PCF) élus à l’instance de contrôle de financement des transferts de services des communes au T-11 (territoire auquel appartient Boissy désormais avec 15 autres communes (305 565 habitants). C’est donc bien contre l’évidence que la mairie, par ailleurs, affirme que les agents n’ont rien à craindre pour leurs postes et leurs conditions de travail (voir interview ci-contre).
  4. Unanimité pour la fermeture de la salle de sports (musculation) au Forum ! Il n’est pas acceptable que, sous couvert de restructuration et de modernisation de l’ensemble sportif, il ne restera plus aux Boisséens que deux salles privées, relativement éloignées. 

Réunion mensuelle du comité de Boissy du POID
Samedi 25 Juin, 14 h
Salle de la pinède (derrière la piscine)
VENEZ NOMBREUX
Pour tout contact : Alain Abbad 0781282799,Katherine Ternet 0651358386
le blog du POID Boissy poiboissy,blogspot,fr


Aucun commentaire: