lundi 28 mars 2016

Les nouvelles de Boissy, numéro 63 Le bulletin du comité de Boissy du Parti Ouvrier Indépendant Démocratique POID

Les nouvelles de Boissy, numéro 63

Le bulletin du comité de Boissy du Parti Ouvrier Indépendant Démocratique POID

L'éditorial d' André Yon

La grève, une arme pour gagner, un droit à défendre

21 travailleurs, élus, militants (POID, PCF, Boissy-Avenir, ans appartenance), syndicalistes se sont réunis le 17 mars à Boissy en comité pour l'unité pour le retrait du projet de loi El Khomri. Face à la gravité de l'enjeu, aux mensonges, aux pièges, ils étaient d'accord, au-delà de leurs différences, sur la nécessité de l'unité pour gagner :
- le gouvernement n'agit qu'en instrument du patronat et de l'Europe des banquiers. Donc: qu'il retire son texte !
- le projet de loi est anti-ouvrier et antidémocratique. Demander aux syndicats de l'amender n'est qu'une ruse pour le faire passer.
- pour gagner, on ne peut compter que sur le rapport de forces. Donc, une grève pour arracher le retrait, dans l'unité, avec les organisations syndicales.
CGT, FO, Solidaires et FSU appellent à la grève interprofessionnelle jeudi 31 mars. Nul doute qu'elle sera massive. 
Pour le POID,  l'obstination du gouvernement Hollande-Valls  met la grève generale à l'ordre du jour.
Force est de noter que c'est à ce moment qu'à Boissy, la mairie adresse un courrier aux 1800 familles des élèves des écoles, les invitant à s'enrôler comme briseurs des futures grèves des enseignants, mais aussi, en définitive, des personnels de service et des animateurs. Bien-entendu, on nous dit qu'il s'agit de l'intérêt des enfants. L'enfer, on le sait, est pavé des meilleures intentions...
Il s'agit là d'un précédent grave. 
La grève, depuis 1864, s'est imposée comme le moteur de l'histoire et du progrès social. S'en prendre au droit de grève, c'est vouloir faire tourner la roue de l'histoire à l'envers. Sans grèves, pas de congés payés, pas de sécurité sociale, pas de services publics, pas d'école publique et, aujourd'hui, plus de Code du travail ! 
Alors, tous en grève le 31! Préparons la grève jusqu'au retrait! 









Budget municipal 2016
Une majorité de plus en plus courte pour le maire

Au conseil municipal du 21 mars, 18 voix seulement ont approuvé le budget de la ville présenté par R. Guillemard, élaboré sous la responsabilité du maire, R. Charbonnier.
La majorité de 23 conseillers municipaux élue voilà deux ans, après avoir perdu 3 de ses membres regroupés aujourd'hui sous l'etquette "Boissy Avenir", a vu cette fois s'abstenir les deux conseillers municipaux du PCF.
Nous avons, dans le numéro 61 des Nouvelles, dénoncé la baisse absolue du chapitre 12 du budget, celui qui gère les salaires des personnels communaux. Nous avons expliqué que ce recul, sans précèdent répercutait directement la baisse des dotations de l'État aux communes. Le maire a d'ailleurs confirmé cette baisse au niveau de 700 000 euros pour cette seule année 2016.
C. Larger, pour Boissy-Avenir, a fait la démonstration que le déficit entre les suppressions et les créations se chiffrait à 16 postes en moins.
L. Normand, PCF, s'est élevé contre une orientation qui fait retomber l'austérité sur les agents de la ville: "toute baisse de dépense est une baisse de service public".
La majorité s'est félicitée de sa "bonne gestion" qui lui permet, selon elle, de ne pas augmenter les impôts pour la 5eme année consécutive". Nous sommes -hélas!- habitués à ces discours d'autosatisfaction. Comment ne pas voir que la perception de la population part, elle, de la réalité des impôts qui augmentent tout de même et des difficultés découlant, dans tous les domaines, de la politique du gouvernement ?
Le POID a expliqué, depuis de nombreuses années, que les économies de personnels (conditions de travail, nombre de postes pourvus) représentaient l'explication principale du prétendu "miracle" budgétaire boisseen.


Refus d'un voeu sur la réforme du Code du travail 

Le maire a refusé d'inscrire à l'ordre du jour du conseil municipal un voeu demandant le retrait du projet de loi El Khomri, présenté par Boissy-Avenir et le PCF.
Argument avancé : "un tel voeu ne relève pas des problèmes locaux."
Comme si les Boisseens n'étaient pas, dans leur quasi totalité concernés professionnellement : licenciements, heures supplémentaires, horaires, congés, Prud'hommes, ... N'est-il pas naturel, pour la population, de trouver sa mairie à ses côtés quand elle est menacée aussi gravement ?
Comme si les agents communaux ne venaient pas, en application du protocole PPCR (parcours professionnels, carrières et rémunérations), intégré au projet de loi, de perdre d'importantes possibilités de promotion ? Comme si, au moment où la métropole du Grand Paris menace un grand nombre de postes, ils n'avaient pas les plus grandes craintes de devoir faire face à une mobilité forcée !





Instituteurs et parents du Val de Marne devant le Ministère, avec les organisations syndicales, la FCPE et les élus
Pour l'annulation de toutes les fermetures

Le récit d'un participant au rassemblement

ce qui s'est passé est très intéressant...
les CRS avait bloqué l arrivée au ministère au métro Solferino... la ou la manif avait été autorisée... un groupe de parents et d'instits très déterminé s'est fait déposer par le car rue de Bellechasse et a réussi à arriver au ministère... les deux rassemblements ont été encerclés par les CRS  interdisant boucliers à l appui de sortir des nasses... le ministère faisant savoir par la sénatrice PCF qu il ne recevrait aucune délégation " des territoires"  et qu il fallait retourner au rectorat de Créteil pour etre reçus..
. les parents de Champigny et Vitry étaient déchaînés..' on reste ici.. on couchera ici.. nos enfants en danger....on veut nos classes ..'.L  unité avec les syndicats.. la FCPE.. ainsi que les élus PCF ...4 ou ,5 sénatrices en tête qui ont maintenu l’exigence d' annulation fermetures de classes et de négociation avec le ministère .
Finalement et sous la pression le ministère a  bougé ... ils ont autorisé ceux qui étaient a Solférino de venir jusqu'au portes du ministère.. ont retiré leurs policiers et reçu la délégation pendant une heure ,cela a été ressenti comme une victoire par les parents et les instituteurs présents
Après avoir récupéré les classes de Savereau et Prévert, les parents et les instits de Boissy exigent l'annulation des fermetures annoncées d'une classe de maternelle à Rostand et d'une élémentaire à Bois Clary



Prochaine assemblée du POID Boissy

Vendredi 8 Avril 20 h
Salle de la pinède de Boissy
Venez nombreux !







Aucun commentaire: