vendredi 25 mars 2016

Instituteurs et parents du Val de Marne devant le Ministère, avec les organisations syndicales, la FCPE et les élus Pour l'annulation de toutes les fermetures


Instituteurs et parents du Val de Marne devant le Ministère, avec les organisations syndicales, la FCPE et les élus
Pour l'annulation de toutes les fermetures



REPORTAGE

Le reportage de 94 citoyens ( extraits )

Difficile de contenir tout le monde sur le trottoir, la circulation n’ayant pas été neutralisée pour la manifestation. Quelques bousculades surviennent. « Je n’ai jamais vu ça » , lâche une directrice d’école d’Arcueil.  « Alors que nous étions arrivés en car de Champigny, une partie des manifestants s’est retrouvée coincée métro Solférino, empêchée de nous rejoindre pendant un moment, avant de parvenir jusqu’à nous, encadrés par un cordon noir de CRS » , note un délégué Sud Education.
« On est un département dans l’urgence, et on a les mêmes moyens qu’un département moyen. On nous appâte, nous, les enseignants, en nous proposant 140 euros de salaire mensuel en plus, mais derrière, il n’y a rien pour les enfants » , regrette une jeune enseignante de Champigny, venue de province il y a 3 ans. « Nous, on est en REP. Et on veut fermer une classe de maternelle. Il y en a marre des beaux discours, ce qu’on veut, nous, c’est des résultats. Qu’ils viennent pratiquer dans nos classes, et nous dire si on en fait trop, et si la fermeture est justifiée ou non » , explique une enseignante de l’école élémentaire Jean-Moulin de Vitry-sur-Seine.
« Avec d’autres parents, on se relaie pour occuper l’école tous les jours. On ne comprend pas. Notre quartier, le Bois l’Abbé, a des besoins spécifiques. Si on enlève les moyens éducatifs, quelles sont les chances de nos enfants ? Si on ne se bat pas maintenant, on ne se battra jamais » , ajoute un père d’élèves scolarisés a l’école Anatole France de Champigny. « Il y en a assez, on manque de tout : de classes, d’enseignants, de remplaçants, de formation » , explique la directrice de l’école Jean-Moulin, à Vitry-sur-Seine, dont les bureaux sont occupés par des parents d’élèves depuis bientôt une semaine.
Finalement, une délégation de quatre personnes a été reçue dans l’après-midi par Xavier Turion, adjoint de Florence Robine, directrice générale de l’Enseignement scolaire (Dgesco)  (et ancienne rectrice de Créteil) et Jean-Baptiste Prévost, conseiller social et vie étudiante de la ministre, Najat Vallaud-Belkacem. « Ils nous ont d’emblée prévenu qu’ils n’avaient pas mandat pour décider mais simplement nous écouter, mais ont reconnu qu’il y avait sans doute eu des problèmes d’estimation des chiffres, au vu des éléments qui ont été détaillés. Ils ont indiqué qu’ils allaient voir ce qu’ils pouvaient faire. De notre côté, nous ne lâcherons rien » , relate Luc Bénizeau, délégué SnudiFo.  « On continue la mobilisation » , motive Marie Kennedy, conseillère départementale  PCF du canton de Champigny.




Le récit d'un participant au rassemblement
ce qui s'est passé est très intéressant...
les CRS avait bloqué l arrivée au ministère au métro Solferino... la ou la manif avait été autorisée... un groupe de parents et d'instits très déterminé s'est fait déposer par le car rue de Bellechasse et a réussi à arriver au ministère... les deux rassemblements ont été encerclés par les CRS  interdisant boucliers à l appui de sortir des nasses... le ministère faisant savoir par la sénatrice PCF qu il ne recevrait aucune délégation " des territoires"  et qu il fallait retourner au rectorat de Créteil pour etre reçus..
. les parents de Champigny etVitry étaient déchaînés..' on reste ici.. on couchera ici.. nos enfants en danger....on veut nos classes ..'.L  unité avec les syndicats.. la FCPE.. ainsi que les élus PCF ...4 ou ,5 sénatrices en tête qui ont maintenu l’exigence d' annulation fermetures de classes et de négociation avec le ministère .
Finalement et sous la pression le ministère a  bougé ... ils ont autorisé ceux qui étaient a Solférino de venir jusqu'au portes du ministère.. ont retiré leurs policiers et reçu la délégation pendant une heure ,cela a été ressenti comme une victoire par les parents et les instituteurs présents








Aucun commentaire: