mercredi 16 mars 2016

Après le CDEN du Val de Marne et le rassemblement de 400 parents et enseignants avec les organisations syndicales pour l'annulation de toutes les fermetures de classes

Après le CDEN du Val de Marne et le rassemblement de 400 parents et enseignants avec les organisations syndicales pour l'annulation de toutes les fermetures de classes

Nous publions le compte-rendu  de source syndicale, les parents et les enseignants de Boissy y trouveront des informations précises et précieuses




« Le CDEN du Val-de-Marne, réuni le 15 mars 2015, ne peut accepter d’entériner le projet de carte scolaire qui prévoit 99 fermetures de classes alors que le nombre d’élèves attendus est en augmentation de +1066. Ce projet de carte scolaire, sans précédent depuis au moins 10 ans, est synonyme d’une brutale dégradation des conditions de travail des enseignants et des conditions d’apprentissage des élèves, déjà fortement impactées par la mise en œuvre des décrets sur les rythmes scolaires. »
C’est ainsi que commence le vœu commun présenté par FO, FSU, CGT et la FCPE avec le soutien de SUD adopté par le rassemblement des 500 (40 écoles) devant la préfecture ce mardi 15 mars.
Le préfet ayant annulé le CDEN, reporté au vendredi 18 mars, les délégations d’écoles ont été reçues par son chef de cabinet. L’école élémentaire du Bois-Clary et les maternelles Rostand de Boissy-Saint-Léger, accompagnées par le SNUDI-FO, un représentant de la maire de Boissy et des parents d’élèves, se sont adressées au sous-préfet et aux membres de l’Inspection Académique pour réaffirmer leur opposition à toute fermeture de classe.

La représentante de la mairie de Boissy-Saint-Léger :
« L’école du Bois-Clary, du fait de son isolement géographique, n’a pas la possibilité d’accueillir des effectifs importants par classe. En effet, en conséquence de la baisse des dotations de l’Etat pour les villes, nous ne pouvons pas nous permettre de multiplier les transports scolaires pour des activités qui se déroulent dans le bas de Boissy. Or le STIF nous impose un maximum de 30 élèves par classe. Si les effectifs dans une classe dépassent ce nombre il n’y aura plus de sortie. Nous n’avons pas les moyens d’affréter deux cars pour une seule classe.
De plus, Monsieur le Directeur de l’école en parlera certainement, la fermeture d’une classe au Bois-Clary obligera l’équipe à constituer un double niveau CP/CE2 à 25 élèves avec deux élèves suivis chacun par une AVS. »
[Note : lors de l’audience du … février, Mme Durand et Monsieur le Maire avaient bien rappelé à l’administration que les effectifs futurs iraient en augmentant. En effet, les nouvelles règles de l’urbanisme ont permis à de nombreux propriétaires du quartier du Bois-Clary de vendre une partie de leur terrain en vue de nouvelles constructions. A été indiqué ce jour-là que plusieurs programmes de constructions étaient en cour.]
« Je voudrais insister sur la situation des écoles Prévert et Rostand. Je suis étonnée des chiffres avancés par l’administration pour justifier de la fermeture de classes dans ces écoles. L’IA annonce 68 nouveaux élèves (PS), alors que les chiffres que nous avons fournis sont de 109 sur Prévert.
Enfin, pour Prévert et Rostand, ce sont deux écoles classées REP qui font partie de la politique de la ville. Une fermeture de classe entrainerait de grandes difficultés alors qu’un effort particulier doit être fait. »
Le délégué de l’école du Bois-Clary :
« Le chiffre annoncé par l’administration n’est pas correct. Ce sont 140 élèves et non 134 qui seront scolarisés au Bois-Clary l’an prochain. La moyenne par classe serait, si l’administration maintenait la fermeture de classe, de 28 élèves par classe. De plus, nous serions obligés d’avoir un double niveau CP/CE2 avec un élève lourdement handicapé et un autre élève avec PPS et AVS.
Nous ne sommes pas en REP, mais la situation est loin d’être facile : 21 enfants ont été signalés au RASED. Bien évidemment, comme il n’y a pas de RASED, ils ne sont pas pris en charge. 20 de nos élèves sont suivis en orthophonie et 6 ont un PPS.
Pour compléter les propos de Mme DURAND, je voudrais rappeler que 15 logements locatifs sont en cour de réhabilitation sur le secteur et que 32 logements « diffus » sont en cours de construction.
Enfin, la fermeture d’une classe aurait des conséquences catastrophiques en cas d’absence d’un collègue malade. Déjà cette année, il nous est arrivé de devoir accueillir 42 élèves dans nos classes. Comme de nombreuses écoles, nous n’avons pas de remplaçant quand un collègue est malade. »

Le représentant du SNUDI-FO :
« Ce qui choque le plus les collègues, ce sont la disparition des seuils qui ne sont plus que des « indicateurs de gestion ». La disparition des seuils, c’est l’absence de normes. Sans droits clairement indiqués, les enseignants sont soumis aux désirs du prince, au cas par cas. C’est source de démotivation pour les collègues qui ne comprennent pas les décisions prises par l’administration.
Lors de l’audience du … février, Mme Rohée, IEN adjointe pour le premier degré, admis que les demandes des collègues n’étaient pas « déraisonnables ». Pour le SNUDI-FO non seulement elles sont raisonnables mais l’annulation des fermetures de classe est indispensable au maintien de bonnes conditions de travail.
Nous réaffirmons ici notre demande d’annulation des fermetures de classes. »
La déléguée des maternelles Rostand :
« Nous notons aussi une grande différence entre les chiffres de l’IA et la réalité. Ce ne sont pas moins de 18 élèves qui ne sont pas pris en compte pour la rentrée prochaine. Si l’administration maintien la fermeture de la classe, nous serons au-dessus des seuils REP alors que notre école accueille de nombreux élèves en difficulté. Deux d’entre eux ont une AVS pour palier des troubles du comportement. Le RASED est beaucoup sollicité pour aider nos élèves.
Nous sommes situés dans un secteur très défavorisé. De nombreux élèves sont suivis par la MDPH et les familles font face à de grandes difficultés sociales. »








Aucun commentaire: