mercredi 9 décembre 2015

France : Latifa Ibn Ziaten huée à l'Assemblée nationale

France : Latifa Ibn Ziaten huée à l'Assemblée nationale
Latifa Ibn Zyaten a été sifflée et huée alors qu'elle prenait la parole lors d’une conférence à l'Assemblée nationale sur la laïcité. Les auteurs de ces huées, pourtant socialistes, protestaient contre le voile de la mère du soldat tué par Mohamed Merah, et une étudiante qui l'accompagnait.






Latifa Ibn Ziaten a été invitée à témoigner lors des Rencontres de la laïcité organisées par le groupe socialiste dans la salle Victor Hugo de l’Assemblée nationale. Mais en signe de protestation, deux individus ont entamé des sifflets et des huées à l’encontre du voile de cette mère d’une des victimes de Mohamed Merah. Les mêmes individus ont quitté la salle juste avant que la Franco-marocaine ne commence son intervention. Pourtant selon les compléments d'informations apportés par nos confrères de Buzfeed, les personnes à l'origine des huées n'étaient pas que de deux et ont été toutes invitées par le parti socialiste.
« Des personnes ont hué Latifa Ibn Ziaten parce qu’elle portait un foulard. Au début, lorsque Jean Glavany a annoncé sa présence et à la fin de son discours. La majorité des personnes ont été invitées par le groupe socialiste. Il y avait des militants ou sympathisants socialistes, des féministes venues écouter Yvette Roudy et la conférence a été introduite par le patron des députés socialistes Bruno Le Roux. Et pourtant, [Latifa Ibn Ziaten] n’a pas vraiment été défendue », témoigne ce militant du parti socialiste interrogé par Buzzfeed.
Dans un post sur Facebook, le député socialiste Jean Glavany qui présidait la séance a relaté l'incident tout en insistant sur le fait que les auteurs des huées et des sifflets ne sont pas des députés socialistes. « Notre invitée portait un foulard comme les lois de la république l'autorisent dans l'espace public. Deux participants qui n'étaient ni députés ni, manifestement socialistes, sur 200 ont voulu contester le port de ce foulard, manquant singulièrement de respect à l'égard d'une femme […] ». Les deux perturbateurs ont été invités à quitter la salle.
Une version contestée par des personnes présentes dans la salle qui expliquent que les auteurs des huées sont partis d'eux-mêmes mais que même si le président de la séance a défendu Latifa Ibn Ziaten, il n'a pas intimé à ces militants ou sympathisants du parti socialiste de quitter la salle comme il l'avait annoncé dans son démenti sur Facebook. « Nous étions 25 étudiants et nous nous sommes vite aperçus que cette conférence était un véritable procès au port du voile. J’étais d’autant plus surpris que lors de son introduction, Jean Glavany a salué la présence "de nombreux élus socialistes" », témoigne cet étudiant avant de poursuivre. « Latifa Ibn Ziaten a été huée par plusieurs personnes de la salle à la fin de son discours […] Ensuite, deux personnes se sont levées pour protester et ont quitté la salle. Mais contrairement au démenti de Jean Glavany, ce n’est pas lui qui leur a demandé de partir ».
Parrallèlement aux huées et sifflets contre le voile de Latifa Ibn Ziaten, une étudiante qui accompagnait la Franco-marocaine a été prise à partie par des invités et des députés à cause de son voile. Toujours selon l'étudiant interrogé par Buzfeed, « L’ancienne ministre Yvette Roudy a tenu des propos très durs contre le voile en affirmant que c’était "l’étendard des djihadistes", et que "derrière tout religieux, il y a un djihadiste qui sommeille" ». Il ajoute : « Ma camarade a pris la parole pour expliquer son choix de porter le voile, mais on l’a immédiatement interrompue, il y avait des rires moqueurs et Yvette Roudy lui a conseillé "d’aller voyager dans des pays intégristes" pour critiquer son choix de porter le voile. J’avais l’impression d’être à un meeting du Front national alors que c’était une assemblée majoritairement socialiste ». Interrogée, la concernée reconnait avoir tenu certains propos tout en réfutant le passage sur l'étendard et ajoute avoir dit « que le voile était un symbole de soumission à la loi patriarcale et que les intégristes l’utilisaient comme une porte d’entrée ».


Son invitation ? « C’est presque une provocation de ma part »

Sur la présence même de Latifa Ibn Ziaten à ces Rencontres sur la laïcité, Jean Glavany assume : « Au moment où la religion musulmane était dans la tourmente, ça avait un sens qu’elle vienne, elle qui est victime du terrorisme et qui passe sa vie à défendre les valeurs de la République. Cela avait une valeur symbolique très forte, et d’autre part, comme elle porte le voile, et comme dans le monde laïc, beaucoup de gens ont une réticence à cet égard, je voulais qu’elle s’en explique… Ce n’est pas interdit dans l’espace public comme à l’Assemblée nationale ».
Il ne cache pas qu’il voulait « affronter le problème » de la présence du voile dans un tel débat, « c’était presque une provocation de ma part »


Latifa Ibn Ziaten a expliqué qu’elle portait le voile -ou plutôt "le foulard"- parce qu’elle portait le deuil de son fils Imad, alors militaire et première victime de Mohamed Merah.

Le commentaire de Jacques
Odieux ces socialistes, ils le prouvent chaque jour.Honte à eux et aux prétendus laïcs qui s'en prennent à une femme de paix et n'ont pas un mot pour condamner la guerre et l'état d'urgence

Aucun commentaire: