samedi 14 juin 2014

Les chantiers meurtriers du Qatar



Les chantiers meurtriers du Qatar





Le Qatar n'en finit plus d'être critiqué pour sa gestion de l'organisation du Mondial-2022 de football. D'après le nouveau rapport d'une ONG népalaise, plus de 400 travailleurs de ce pays ont déjà trouvé la mort sur des chantiers au Qatar.


Plus de 450 immigrés indiens travaillant au Qatar sont morts depuis deux ans, selon des chiffres officiels révélés par l'ambassade d'Inde.
Le récent rappel à l’ordre adressé par la Fifa au Qatar concernant les conditions de travail des ouvriers sur les chantiers de la Coupe du monde 2022 trouve un écho macabre  avec la révélation du nombre de victimes indiennes. L'AFP, dans le cadre de la loi indienne sur le droit à l'information, a ainsi obtenu de la diplomatie indienne le chiffre de 450 victimes ! Ce nombre se comptabilise sur la période allant du 1er janvier 2012 jusqu’à début décembre 2013. En moyenne, 20 migrants sont morts chaque mois, avec un maximum de 27 en août 2013. Il y a eu 237 décès en 2012 et 218 jusqu'au 5 décembre 2013. Ce chiffre est à rapporter au nombre d'Indiens actuellement au Qatar, qui n'est pas connu précisément, mais qui était estimé à environ 500.000 fin 2012. 

Le vote de la France pour l'attribution de la Coupe du monde 2018 au Qatar a surement été motivé pour des raisons purement sportives,ce qui est bien moins que certain.
Le Président de la Fédération anglaise de football s'est exprimé,
La Fifa se conduit comme une "famille de mafieux" et son président Joseph Blatter comme "Don Corleone". L’ancien président de la Fédération anglaise, Lord David Triesman, a eu des mots très durs, ce mercredi, en commentant les accusations de corruption entourant l'attribution du Mondial 2022 au Qatar.
A la veille du lancement officiel de la Coupe du Monde 2014 au Brésil, le Britannique a expliqué, lors d’un débat à la Chambre des Lords que la Fifa “possèdait une longue tradition de pots-de-vin, magouilles et de corruption". Selon la loi anglaise, les propos des membres de la Chambre haute ne sont pas susceptibles de poursuites judiciaires.
































Aucun commentaire: