dimanche 22 juin 2014

Chronique politique


Chronique politique


Cheminots : Un amendement ou le retrait de la Réforme?
"Force est de constater que le travail en séance [à l'Assemblée nationale] n’a pas permis d’améliorer le texte initial" déclarent les fédérations CGT et Sud Rail dans un tract diffusé vendredi. François Graza, secrétaire adjoint de la fédération FO cheminots, a également jugé que "les amendements ne reviennent pas sur le cœur de la réforme. On demande comme préalable à la négociation le retrait du projet de loi".
Dès lors, le vote du texte de loi amendé à l’Assemblée nationale est-il autre chose que le passage en force, contre les cheminots en grève, de la réforme ferroviaire voulue à Bruxelles ? La bataille d’amendements, alors que la grève demandait le retrait du projet de loi Cuvillier, en cherchant coûte que coûte à faire passer la loi, ne s’opposait-elle pas frontalement à la grève et à ses objectifs ?



Suppression des départements : Un « débat » sur une question « déjà tranchée ? »

Le Conseil général réuni le 16 juin en séance exceptionnelle a adopté à l’unanimité le rapport de la mission d’information et d’évaluation mise en place en janvier dernier, suite à l’annonce par le gouvernement de la suppression des trois départements d’Ile-de-France. Après débat, le président PCF Christian Favier a fait alors adopter le vœu suivant :
L’assemblée départementale :
  • réaffirme, en l’état actuel du débat, l’utilité et la pertinence du Conseil général du Val-de-Marne et des politiques publiques qu’il développe comme collectivité territoriale de la République
  • rejette en conséquence sa disparition
  • préconise l’organisation, sur l’ensemble du territoire national, d’un grand débat public associant élus, citoyens et acteurs économiques, associatifs, institutionnels et sociaux contribuant à construire une nouvelle étape de la décentralisation en renforçant les missions des collectivités locales et en les dotant des moyens leur permettant de les exercer au plus près des populations et de leurs intérêts. Vœu adopté à la majorité (3 abstentions)

Que cache cette belle unanimité PCF-PS-UMP ?
La ministre de la décentralisation Lebranchu apporte la réponse quand elle explique: « On ne peut prendre une décision à 8 heures et l’appliquer à 8h30 ! »
Pour elle, si on peut se donner du temps pour étudier toutes les modalités avant de supprimer les départements, cette étude d’impact a pour objectif de préciser comment s’y prendre pour supprimer les départements de petite couronne plutôt que d’éclairer le débat sur une question qui ne serait pas déjà tranchée »
Alors, que signifie cette séance extraordinaire du conseil général ? D’un côté, le président Favier dénonce les exigences de l’Union européenne coupable de mettre en péril les services publics assurés par les départements et de nombreux poste d’agents territoriaux et, de l’autre, se borne à réclamer un « grand débat public » ?
S’agit-il de combattre ou d’accompagner la réforme ?




Aucun commentaire: