dimanche 17 novembre 2013

Réforme des rythmes scolaires ,le point dans le Val de Marne

Réforme des rythmes scolaires ,le point dans le Val de Marne

Vœu pour l’abrogation du décret au conseil municipal mercredi 20 (20h)

à l’initiative de Moncef JENDOUBI adjoint au maire, André YON, adjoint au maire POI, Alain ABBAD conseiller municipal délégué POI, Béatrice YON et José CRESPO, élus POI, Francis HOUDART, Armelle FAGE-DANIELOU, conseillers municipaux

Grève du 14 novembre dans le département


78% de grévistes, plus de 200 écoles fermées :
Dans tout le département, les appels intersyndicaux avec les syndicats enseignants et les syndicats de personnels communaux se sont multipliés (Vitry, Villejuif, Arcueil, Maisons-Alfort., Ivry,..), ainsi que les contributions communes comme à Champigny.La FCPE 94 a appelé les parents à manifester avec les enseignants et les personnels territoriaux en grève le 14 novembre : "A l'occasion des mouvements de grève du 14 novembre dans le premier degré, la FCPE 94 réitère sa demande au gouvernement de suspendre l’application du décret Peillon. "
Le maire PCF de Vitry dit « non » 

« C’est non pour 2013, non pour 2014, non pour 2015, nous refusons d’appliquer la réforme! » C’est sur un ton péremptoire qu’Alain Audoubert, actuel maire (PC) de Vitry-sur-Seine et candidat à sa réélection, a affirmé jeudi soir lors de son premier meeting de campagne pour les municipales, qu’en l’état, il refuserait de passer à la semaine des 4 jours et demi. « Je vous le dis tout net, c’est mal ficelé tout ça ! », a renchéri l’édile de la 2 e plus grosse ville du Val-de-Marne. Il a par ailleurs fait savoir qu’un vœu allant dans ce sens serait soumis à son prochain conseil municipal (extrait du Parisien du 16 nov).

Le Parti de Gauche

"du Val-de-Marne appelle en responsabilité le Ministre de l’Éducation Nationale à retirer le décret sur les rythmes scolaires et à initier une nouvelle concertation qui permette une réforme nécessaire dans le souci de l’intérêt général. Dès à présent, le PG94 engage les élu-e-s présent-e-s et à venir à refuser l’application dans leur commune de l’actuelle réforme anti-républicaine qui brise l’égalité entre les élèves, les familles et les territoires. Pour les municipales de mars 2014, la désobéissance citoyenne s’impose dès lors que le "sanctuaire" de l’École républicaine est attaqué."

Le PS 94 : qui met en péril la démocratie ?

refusant de voir que l’immense majorité des enseignants et des-parents s’opposent à cette réforme néfaste pour l’École de la république, appelle « les élus à se ressaisir dans un contexte où nos valeurs républicaines sont mises à mal par des groupes factieux et les extrêmes de tout bord.»

Le "cri d'alarme" de 23 maires du Val-de-Marne (AFP) : de quoi s’agit-il vraiment ?

"C'est la question du financement de la réforme, a expliqué à l'AFP le sénateur-maire UMP de Saint-Maurice, Christian Cambon, un des signataires de l'appel. "Les 50 euros (par enfant versés par l’État au titre de l'aide financière spécifique), même pérennisés, ne correspondent pas aux frais engagés dans les activités périscolaires", dont le "coût est plus proche de 200 à 250 euros par enfant", a-t-il ajouté.




Aucun commentaire: