jeudi 14 novembre 2013

Projet de vœu sur la réforme des rythmes scolaires à l’initiative de Moncef JENDOUBI adjoint au maire, André YON, adjoint au maire POI, Alain ABBAD conseiller municipal délégué POI, Béatrice YON et José CRESPO, élus POI, Francis HOUDART, Armelle FAGE-DANIELOU, conseillers municipaux

Conseil municipal du 20 novembre 2013
Projet de vœu sur la réforme des rythmes scolaires
à l’initiative de Moncef JENDOUBI adjoint au maire, André YON, adjoint au maire POI, Alain ABBAD conseiller municipal délégué POI, Béatrice YON et José CRESPO, élus POI, Francis HOUDART, Armelle FAGE-DANIELOU, conseillers municipaux
  • Considérant le vœu déjà adopté à l’unanimité par notre conseil municipal en sa séance du …
  • Considérant les multiples problèmes surgis du début de mise en œuvre du décret Peillon du 24 janvier 2013, en particulier à Paris (pour les enfants, excès de fatigue, insécurité, confusion entre activités péri-scolaires et travail scolaire, nécessité d’utiliser les salles de classe pour des activités de loisirs et, d’une manière générale, sérieuse perte des repères), très préjudiciables à la mission de l’école qui est la transmission des connaissances et l’acquisition des apprentissages,
  • Considérant que nos demandes face aux besoins considérables nés de la quasi-disparition de l’enseignement spécialisé (RASED) au fil des années, restent totalement ignorées par l’administration de l’Education nationale,
  • Considérant que l’enseignement doit rester dans le cadre des programmes nationaux de l’école de la république et non passer sous la coupe des élus par le biais du PEdT (projet éducatif territorial), au risque de mettre en cause l’indépendance pédagogique des enseignants et la laïcité,
  • Considérant que, précisément pour ces raisons qui fondent la république et l’égalité devant l’instruction, c’est l’Etat qui doit assumer la charge de l’enseignement, et qu’il est inacceptable qu’il se désengage y compris financièrement de cette responsabilité avec la conséquence que les communes devraient augmenter les impôts locaux ou demander aux parents de payer,
  • Considérant l’opposition résolue des enseignants dont la mobilisation, particulièrement massive (voir la grève du 12 février et celle du 14 novembre à l’appel des syndicats enseignants FO, CGT, FSU, Solidaires et FAEN et fédérations CGT et FO des personnels des collectivités, pour la suspension et l’abrogation du décret Peillon),
  • Considérant que cette réforme nourrit partout le doute et l’opposition de façon croissante, certaines communes se désengageant, d’autres annonçant qu’elles ne sauraient la mettre en œuvre, et surtout pas en septembre 2014,

Projet de vœu sur la réforme des rythmes scolaires

Le conseil municipal de Boissy-Saint-Léger :
- Demande au ministre de suspendre sa réforme et de l’abroger et apporte son soutien au mouvement des enseignants en ce sens,
- Décide, dans cette attente, de ne rien engager aujourd’hui pour la mettre en œuvre.
Je demande l’abrogation de la réforme des rythmes scolaires et soutiens ce voeu
NOM prénom
Ecole de mon enfant
Adresse mail
signature






























































Aucun commentaire: