vendredi 22 novembre 2013

L'éditorial d'André Yon,à paraitre dans le prochain numéro des Nouvelles de Boissy

L'éditorial d'André Yon,à paraitre dans le prochain numéro des Nouvelles de Boissy

En refusant de soumettre au vote le vœu présenté par sept élus dont les quatre élus POI au dernier conseil municipal, le maire a souligné involontairement le caractère politique de la réforme des rythmes scolaires. Pourquoi vouloir imposer une telle réforme contre la volonté quasi unanime des enseignants ?
  Parce que, pour ce gouvernement, tout le monde devrait  contribuer à l'effort pour baisser les dépenses publiques, y compris les communes et l'école elle-même.
 L'éclatement du caractère national de l'école dans le "projet éducatif territorial" vise d' abord à  disloquer le statut des enseignants et permettrait ainsi un abaissement généralisé des normes et des dépenses, au détriment de l'instruction des enfants, de l'égalité et de la laïcité. 
Proposer de ne pas appliquer le décret Peillon serait nous mettre "hors la loi", nous dit-on ! Nous répondrons que ce qu'une loi a fait, une autre peut le défaire et qu'un nombre croissant de communes ont déclaré qu'entre l'obéissance à un gouvernement sans crédit, vulgaire exécutant de la Troïka (FMI, BCE et  UE), et l'intérêt de leurs enfants, elles faisaient le choix de ne pas appliquer... 
On voit dans tous les domaines militants et travailleurs dire non au gouvernement: grévistes des points d'accueil de la sécurité sociale, salariés de la plateforme d'Orly-Roissy, résidents du foyer Adoma , ... Tous en viennent à la conclusion que ce gouvernement est leur adversaire en toutes choses et, en revanche, se révèle bien sensible aux exigences patronales. 
C'est au regroupement local de celles et ceux qui n'acceptent pas davantage cette politique qu'ils n'ont accepté celle de Sarkozy, que répond la proposition de faire la campagne municipale sur une liste d'unité indépendante des partis  institutionnels et de la politique d'austérité. Voilà pourquoi le POI, sur la base d'un protocole qu'il soumet à l'appréciation de tous, a décidé de s'engager aux côtés de Moncef Jendoubi et appelle toutes et tous au débat sur cette échéance des plus importantes.
André Yon

Aucun commentaire: