mercredi 23 octobre 2013

Réforme” des retraites, “réforme” des rythmes scolaires, licenciements en masse… L’indignation grandit dans ce pays


Réforme” des retraites, “réforme” des rythmes scolaires, licenciements en masse…

L’indignation grandit dans ce pays  





 

(tract national) L’espionnage de communications téléphoniques et de liaisons Internet par l’administration américaine a amené le gouvernement français à faire part de son « indignation ».
Ce même gouvernement accepte sans s’indigner que les banques américaines soient renflouées par les banques européennes sous l’égide de la Banque centrale européenne.
Des milliers de milliards d’euros servent à renflouer spéculateurs et banquiers faillis, notamment nord-américains.
Et ensuite, au nom d’une dette qui ne cesse de grandir, le gouvernement Hollande-Ayrault — comme tous les gouvernements européens de toutes couleurs politiques — sabre dans les dépenses publiques, ferme les hôpitaux, liquide les retraites, s’attaque au « coût du travail » et accompagne tous les plans de licenciements en masse dans l’industrie.
Alors oui, l’indignation grandit dans ce pays !
Contre la « réforme » des retraites, travailleurs et militants se sont rassemblés le 15 octobre à l’appel commun de la CGT et de Force ouvrière, rejointes par la FSU et Solidaires.
Contre la mise en œuvre de la réforme Peillon sur les rythmes scolaires, la mobilisation des enseignants et des parents s’amplifie chaque jour.
Contre les plans de licenciements qui se succèdent, en Bretagne par exemple, les salariés de Gad poursuivent leur action contre la fermeture de l’abattoir et les 889 suppressions d’emplois.
Car c’est un fait : la politique de ce gouvernement soumis aux exigences de l’Union européenne mène, comme dans tous les pays d’Europe, à la catastrophe.
Comment aider à ce que se réalise l’unité ouvrière pour bloquer cette politique, pour mettre en échec le gouvernement Hollande-Ayrault ?
Pour débattre de ces questions, le Parti ouvrier indépendant vous invite à participer à ses assemblées et réunions publiques.

Aucun commentaire: