mardi 1 octobre 2013

Pour les élus du POI, les personnels de la commune ne doivent pas faire les frais de l'austérité


Pour les élus du POI, les personnels de la commune ne doivent pas faire les frais de l'austérité

3 interventions des élus POI au Conseil municipal du 27 Sptembre






CM du 27 septembre 2013
José Crespo

Point n°6
Sur la création d’une mutuelle pour les agents de la ville

Cette délibération se présente comme une mesure sociale. Malheureusement, elle y ressemble peut-être plus qu’elle ne l’est véritablement.
Son coût mensuel est relativement élevé pour des salaires tournant autour de 1500 euros, c’est-à-dire pour une majorité des agents : entre 40 et 80 euros à peu près. Qui peut se permettre de sortir une telle somme avec un tel salaire ?
La prise en charge par la ville va évidemment dans le bon sens mais, les comptes sont vite faits : elle ne change pas vraiment la charge d’une telle protection.
Remarquons au passage que 7 à 10% d’augmentation des salaires pour compenser le manque à gagner depuis 2010 représenterait entre 105 et 150 euros par mois. De quoi largement payer cette mensualité !
Le plus probable, c’est que les agents qui auraient besoin de cette couverture par une mutuelle pour leur famille, ne pourront pas se la financer et que leur problème ne sera donc pas réglé.

Naturellement, nous n’avons aucune raison d’empêcher un agent qui souhaiterait, en fonction de ses calculs, prendre cette mutuelle, de le faire. C’est pourquoi nous voterons pour mais non sans avoir souligné l’insuffisance de la solution apportée.

CM du 27 septembre 2013
André Yon

Point n°7 sur l’IEMP

Les élus du POI voteront contre cette délibération.
Les agents communaux de cette ville ne pourraient comprendre qu’une mesure applicable à compter du 1er janvier 2012, c’est-à-dire depuis 21 mois !) concernant leur indemnité d’exercice des missions des préfectures, aboutisse à ne leur apporter aucun bénéfice.
Rappelons que leur point d’indice est bloqué depuis 2010 et donc, qu’en-dehors de telle ou telle promotion due à l’ancienneté dont ils auraient pu bénéficier, ils ont perdu depuis cette date plus de 7% de pouvoir d’achat.
On voit que ceux d’entre eux dont l’application de ces nouveaux montants de référence entrainerait une baisse, se verront maintenus au même niveau. Encore heureux, serions-nous tentés de dire !
Mais ces catégories sont les moins nombreuses dans la liste qui nous est fournie dans la note de présentation. La grande majorité des agents communaux devraient connaître une hausse. Parfois assez importante et, en tous cas, toujours précieuse quand on gagne un petit salaire. Surtout quand celui-ci est bloqué depuis 4 ans.
Or, le dernier paragraphe nous ferait voter ce soir que leur niveau serait « maintenu à un montant à peu près équivalent », c’est-à-dire ne leur rapporterait rien, ni depuis le 1er janvier 2012, ni pour les mois qui viennent.
Monsieur le Maire, chers collègues, c’est impossible à concevoir.




CM du 27 septembre 2013
José Crespo
Point n°8
Sur le régime indemnitaire en cas d’indisponibilité physique

La présentation de ce point est encore plus compliquée que celle du précédent.
Mais si on simplifie, on arrive à une idée vraiment très simple : les agents jusqu’ici conservaient leurs indemnités quand ils étaient absents.
Désormais, ce ne serait plus le cas.
Par exemple, en cas de congé maladie ordinaire : au bout de 3 mois, ils ne toucheraient plus que la moitié de leurs indemnités… Même principe appliqué aux congés de longue-maladie et aux congés de longue durée…
Rappelons que ce sont des personnels dont le salaire est bloqué depuis 4 ans !
Nous avons bien compris qu’il s’agit de l’application d’une réglementation qui nous est imposée par en haut.
N’empêche ! C’est une mauvaise loi, il faut le dire, une loi qui triche, une loi qu’il faudra abroger avec un certain nombre d’autres pour que les salariés de ce pays, les communaux et les autres, puissent enfin gagner correctement leur vie pour eux-mêmes et pour leurs enfants !
Les élus POI voteront également contre cette proposition.

Aucun commentaire: