mercredi 16 octobre 2013

» Parents, enseignants et leurs syndicats, réclament la suspension immédiate de la réforme Peillon des rythmes scolaires – le POI informe par tract

» Parents, enseignants et leurs syndicats, réclament la suspension immédiate de la réforme Peillon des rythmes scolaires – le POI informe par tract


A Paris comme dans les villes « l’école devient un hall de gare ouvert à tous les vents », la sécurité est problématique. Selon les parents, les enfants sont désorientés, perdus, fatigués, et la vie de famille est désorganisée.
qui appliquent la réforme Peillon dès cette année, c’est le « chaos »,
vignette tract POI du 16-10-13
Cliquer pour télécharger et imprimer.
Beaucoup d’enfants restent jusqu’à cinquante heures par semaine dans les locaux scolaires, dont seulement la moitié pour apprendre. Selon les enseignants : « Les élèves ne savent plus du tout ce qu’ils viennent faire là. » Les salles de classe sont réquisitionnées pour faire de la place aux mille et une associations.
Le 14 octobre, 1 000 enseignants ont manifesté au Conseil de Paris avec leurs organisations syndicales SNUipp-FSU, SNUDI-FO, SUD, CGT pour exiger la suspension immédiate par le maire de Paris de la réforme des rythmes scolaires.
A Aubervilliers, les enseignants et tous leurs syndicats se sont mis en grève à 95 % le 3 octobre, avec le soutien des parents, pour la suspension de la mise en œuvre du décret. A Toulouse, à Ris-Orangis (Essonne), dans l’Oise, les démarches dans l’unité des syndicats se multiplient dans le même sens.
Constatant la catastrophe, les maires de Crillon, Haucourt, Vrocourt et Martincourt, dans l’Oise, viennent de décider de suspendre la mise en œuvre du décret sur les rythmes scolaires.
La commune de Janvry, dans l’Essonne, a décidé de ne pas appliquer la réforme en 2014.
C’est à ce moment que les anciens ministres de droite de l’Education nationale Luc Ferry et Xavier Darcos demandent l’application de la réforme Peillon, qui est, selon eux, « une bonne réforme » (Les Echos, 4 octobre).
Bonne réforme qui éclate l’Education nationale en autant de projets éducatifs territoriaux, à l’image de l’acte III de la décentralisation, en faisant éclater l’égalité des droits dans la République ?

Bonne réforme ? Pour qui ?

Certainement pas pour les élèves qui devraient subir l’éclatement des programmes et des diplômes nationaux ! Certainement pas pour les enseignants dont le statut est menacé ! Certainement pas pour les employés communaux rendus corvéables à merci ! Certainement pas pour les communes asphyxiées financièrement !
Bonne réforme pour l’Union européenne et le Medef qui demandent qu’on en finisse avec les qualifications et les diplômes nationaux, au nom de la baisse du coût du travail !
Bonne réforme pour Peillon et le gouvernement aux ordres de l’Union européenne, et qui l’ont fait voter par la majorité PS-Front de gauche-Verts à l’Assemblée nationale.
Mais les parents, les enseignants, les personnels ne veulent pas de la dislocation de l’école, pas plus que les maires ne veulent de la dislocation de la République prévue par l’« acte III de la décentralisation » avec son projet de loi sur les métropoles.
Réforme Peillon, territorialisation de l’école, « acte III de la décentralisation » avec la métropolisation, budget d’austérité aux ordres de l’Union européenne, contre-réforme des retraites… Est-il légitime de constater que ce gouvernement poursuit et aggrave dans tous les domaines la politique du gouvernement précédent ? Est-il légitime de dire qu’aucune concession, aucune complaisance ne peut être tolérée à son encontre ?

Venez en discuter avec le POI

87, rue du Faubourg-Saint-Denis, 75010 Paris Tél:0148018585
Lisez dans Informations ouvrières cette semaine le dossier consacré à la réforme des rythmes scolaires.

Aucun commentaire: